Le commerce intérieur en pleine révision

Le commerce interprovincial de bière pourrait notamment bénéficier... (Archives La Presse canadienne, Chris Young)

Agrandir

Le commerce interprovincial de bière pourrait notamment bénéficier des négociations des ministres provinciaux et fédéral responsables du commerce.

Archives La Presse canadienne, Chris Young

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Les provinces étudient vendredi, à l'échelle ministérielle, une proposition de règlement qui abolirait des barrières au commerce national intérieur.

Les ministres provinciaux et fédéral responsables du commerce sont réunis à Toronto pour discuter d'un projet de règlement négocié depuis près de deux ans.

Les premiers ministres des provinces avaient signé en 1994 l'Accord sur le commerce intérieur, entré en vigueur le 1er juillet 1995. Pendant des années, les réglementations contradictoires des provinces sur le commerce intérieur ont causé des maux de tête aux entreprises et aux consommateurs. On cite par exemple le commerce interprovincial de la bière, une situation illustrée par cet Acadien arrêté à son retour du Québec avec de l'alcool « importé ».

Le gouverneur de la Banque du Canada, Stephen Poloz, rappelait d'ailleurs en avril que le commerce intérieur au Canada est en fait moins libre, à certains égards, que le commerce extérieur.

Le ministre du Développement économique de l'Ontario, Brad Duguid, se dit convaincu que ses homologues fédéral et provinciaux trouveront un terrain d'entente pour faciliter la libre circulation des biens et favoriser la création d'emplois. M. Duguid, qui a présidé aux négociations pour le renouvellement de l'accord, rappelle que ce sont les premiers ministres qui auront le dernier mot sur une éventuelle entente.

Le ministre du Commerce de la Saskatchewan, Jeremy Harrison, a soutenu que des progrès considérables ont été réalisés dans ce dossier.

Il a donc bon espoir qu'une entente pourra être conclue puis soumise aux premiers ministres des provinces, qui pourraient la ratifier lors de la prochaine réunion du Conseil de la fédération, à la fin du mois à Whitehorse, au Yukon.

Le ministre albertain du Commerce, Deron Bilous, était plus prudent quant à l'issue de la rencontre de vendredi à Toronto. Il a rappelé que tout accord commercial comporte des implications « considérables », et il veut prendre tout le temps nécessaire pour analyser la proposition, dans l'intérêt supérieur de l'Alberta et du pays.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer