Mises en chantier: croissance prévue à Gatineau, recul à Ottawa

À l'échelle du pays, ont s'attend à d'importantes... (Archives LeDroit)

Agrandir

À l'échelle du pays, ont s'attend à d'importantes disparités régionales. Gatineau et Ottawa ne feront pas exception.

Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

La Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL) prévoit une croissance des mises en chantier d'habitations dans la région de Gatineau, en 2016 et en 2017, conjuguée à un recul du côté d'Ottawa, qui s'explique essentiellement par une baisse dans la catégorie des appartements.

À Gatineau, le marché du neuf renoue avec la croissance pour se chiffrer entre 1750 et 1900 mises en chantier en 2016 et entre 1850 et 2000 en 2017.

«Au cours des deux prochaines années, la progression de la demande d'habitations permettra d'écouler partiellement le stock de logements disponibles et entraînera par le fait même un raffermissement de l'activité dans le secteur de la construction résidentielle, se maintenant toutefois en deçà de la moyenne historique», a déclaré Tania Bourassa-Ochoa, analyste principale de marché à la SCHL.

Les conditions du marché de la revente sur la rive québécoise de la rivière des Outaouais se resserreront pour se rapprocher de l'équilibre dès l'an prochain. Les ventes effectuées sur le réseau Centris s'élèveront entre 3750 et 3850 en 2016 et entre 3850 et 3950 en 2017.

«Cette année et l'an prochain, l'augmentation de l'emploi et la croissance démographique se poursuivront, ce qui se traduira à nouveau par un essor des transactions, a ajouté l'analyste. Dans ce contexte, la pression exercée sur les prix se fera davantage sentir que par les années passées», précise-t-elle. Ainsi, le prix moyen global se situera entre 245 500$ et 250 400$ en 2016 et entre 249 700$ et 256 200$ en 2017.

Sur le marché locatif, après avoir été marqué par des conditions relativement détendues, un resserrement est attendu au cours des deux prochaines années. «Des conditions économiques et démographiques plus favorables soutiendront la croissance de la demande de logements locatifs traditionnels», a ajouté Mme Bourassa-Ochoa. Ainsi, le taux d'inoccupation diminuera légèrement pour se situer à 5,5% en 2016 et à 5% en 2017.

Sur la rive ontarienne

Du côté d'Ottawa, le nombre de mises en chantier d'habitation diminue pour se situer entre 4600 et 4800 en 2016 et entre 4300 et 4900 en 2017. «Malgré l'amélioration des facteurs économiques fondamentaux, comme l'emploi et le revenu, les mises en chantier d'habitations baisseront en 2016 et en 2017, car les constructeurs réduisent leurs mises en chantier d'appartements en copropriété en réaction aux stocks élevés d'invendus», analyse la SCHL.

Le marché de la revente progressera modestement dans la région d'Ottawa, cette année, pour ensuite diminuer l'an prochain. En 2015, les ventes MLS avaient affiché une progression de 5,3% comparativement à l'année précédente pour s'établir à 14 842 transactions. «Les taux hypothécaires exceptionnellement bas et la croissance modeste des prix ont en effet attiré les ménages sur le marché l'an passé», explique la SCHL

Dans la capitale, le prix moyen des habitations devrait s'établir entre 365 900$ et 378 100$ en 2016 et entre 369 300$ et 384 700$ en 2017.

À l'échelle du pays

À l'échelle du pays, la SCHL affirme que d'importantes disparités régionales sur les marchés de l'habitation seront observables au cours des prochaines années et qu'un ralentissement des activités dans la majorité des secteurs aura un effet sur les mises en chantier d'habitations en 2016 et en 2017.

L'agence croit que la croissance plus faible de l'activité dans les provinces productrices de pétrole, comme l'Alberta, sera en partie atténuée par les hausses de l'activité observées en Colombie-Britannique et en Ontario.

La société d'État prévoit également un déclin dans la revente d'habitations en 2017, comparativement à cette année, mais s'attend à ce que le prix moyen augmente pendant la même période, pour atteindre jusqu'à 501 100$ l'an prochain.

- Avec La Presse Canadienne

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer