Les promoteurs de Northern Gateway veulent plus de temps

Le site du projet de construction d'un oléoduc... (PHOTO JONATHAN HAYWARD, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Le site du projet de construction d'un oléoduc de Northern Gateway dans le port de Kitimat, en Colombie-Britannique en juin 2014.

PHOTO JONATHAN HAYWARD, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Ian Bickis
La Presse Canadienne
Calgary, ALBERTA

Les promoteurs derrière l'oléoduc Northern Gateway demandent à l'Office national de l'énergie de leur accorder trois ans de plus pour commencer la construction du controversé projet.

Northern Gateway et 31 partenaires d'actions autochtones ont déclaré, vendredi, qu'ils avaient besoin de temps pour régler les questions juridiques et règlementaires et pour continuer les consultations avec les Premières nations et les communautés métisses.

Le président de Northern Gateway, John Carruthers, affirme que la compagnie s'est engagée à prendre une nouvelle approche et à créer un partenariat plus fort avec les Premières nations.

Pour le moment, Enbridge (TSX:ENB) doit commencer la construction d'ici la fin de l'année pour respecter l'une des 209 conditions rattachées à l'approbation fédérale du projet en 2014.

Le projet s'est assuré du soutien de 18 Premières nations et communautés métisses en Alberta et de celui de 13 en Colombie-Britannique, qui sont toutes des partenaires d'affaires.

L'oléoduc s'est cependant heurté à une solide opposition d'autres groupes autochtones qui ont soulevé des questions environnementales, notamment les risques de fuite et la possibilité d'une augmentation des émissions de carbone.

Une contestation judiciaire pilotée par la Première nation Gitga'at et les Premières nations côtières, qui représentent neuf communautés autochtones à travers les côtes nord et centrales de la Colombie-Britannique, s'est conclue en janvier par une victoire contre l'oléoduc.

La Cour Suprême de la Colombie-Britannique a jugé que l'évaluation fédérale, qui a donné le feu vert à Northern Gateway, n'avait pas suffisamment consulté la Première nation Gitga'at et que la Colombie-Britannique devait conduire ses propres consultations et décider indépendamment si le projet devait prendre forme.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer