Nouvelle coalition pour défendre les retraités

Des retraités des secteurs privé et public s'unissent pour former une coalition... (Le Quotidien)

Agrandir

Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Montréal

Des retraités des secteurs privé et public s'unissent pour former une coalition dans le but de contrer la pauvreté chez les retraités.

La Coalition C2V2 sera officiellement formée lors d'une assemblée, vendredi prochain à Montréal. Treize associations ont déjà fait savoir qu'elles en feront partie. Certaines d'entre elles ont rencontré la presse, lundi.

La Coalition citoyenne pour mieux vivre et vieillir s'inquiète de la pauvreté qui persiste chez les retraités encore aujourd'hui. Selon les chiffres fournis, plus de la moitié des personnes âgées de 65 ans et plus ont déclaré en 2012 des revenus inférieurs à 25 000 $.

Jacques Beaudoin, retraité de la Société de transport de Montréal et un des fondateurs de la Coalition C2V2, explique l'importance d'avoir une telle coalition, bien qu'il existe déjà plusieurs groupes de défense des retraités et des personnes âgées.

«La question des régimes de retraite est plus complexe et plus particulière à des groupes de travailleurs. On pense qu'il faut défendre, pas nécessairement le système de retraite privé tel qu'il est, mais il faut défendre la retraite. Et ça, c'est moins présent. C'est pour ça qu'on s'est 'coalisé': pour en faire une bataille plus spécifique», a justifié M. Beaudoin.

La Coalition C2V2 réclame des améliorations notables au Régime des rentes du Québec. Elle tient aussi au retour de l'âge de la retraite à 65 ans, puisque le précédent gouvernement Harper avait annoncé que le seuil passerait ultimement à 67 ans.

«Les régimes complémentaires de retraite, qui sont à la fois publics et privés - selon l'employeur que vous avez - nous souhaitons en fait qu'ils pèsent moins dans la balance, a expliqué Jean Carette, porte-parole de la coalition. Avec une amélioration du premier étage, c'est-à-dire la Pension de la sécurité de la vieillesse, le Supplément de revenu garanti, du deuxième étage, (c'est-à-dire) la Régie des rentes du Québec, le troisième ou quatrième étage des régimes d'employeurs va se trouver soulagé, dégonflé de sa principale responsabilité qui, pour l'instant, est beaucoup trop lourde, compte tenu du système, compte tenu des placements, des caprices de la Bourse et des flux financiers.»

Louisette Hinton, aussi fondatrice de la coalition, rappelle par exemple qu'encore aujourd'hui, des dizaines de milliers de personnes qui auraient droit au Supplément de revenu garanti l'ignorent et ne le réclament pas.

La Coalition C2V2 réclame que l'inscription à ce Supplément de revenu garanti soit automatique.

Mme Hinton, qui a longtemps défendu des femmes qui travaillent dans le secteur du commerce de détail et de l'alimentation, souligne que dans le secteur privé, ces femmes n'ont souvent pas de régime complémentaire privé de retraite et dépendent donc des régimes publics. Et les femmes retraitées sont généralement encore plus pauvres que les hommes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer