Shaw transfère sa division médias à Corus

Shaw Communications a vendu 100% de sa filiale... (Jeff McIntosh, PC)

Agrandir

Shaw Communications a vendu 100% de sa filiale médiatique à Corus.

Jeff McIntosh, PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
TORONTO

Shaw Communications a annoncé la vente de sa division des médias à Corus Entertainment pour 2,65 milliards $.

Le nouveau regroupement sera propriétaire du réseau de télévision Global, des chaînes spécialisées Showcas et DejaView, ainsi que des versions canadiennes de chaînes internationales comme le Food Network, BBC Canada et HGTV. Voici les principaux aspects de cette transaction.

Pourquoi une entreprise contrôlée par la famille Shaw vend-elle des actifs à une autre entreprise qu'elle contrôle?

L'entente vise essentiellement à consolider les diverses propriétés médiatiques de la famille - ainsi que les risques qui leur sont associés - sous la bannière de Corus.

À compter de mars, les téléspectateurs pourront choisir des chaînes individuelles pour les ajouter à leurs abonnements selon une formule «à la carte», ou par l'entremise de petits forfaits qu'ils peuvent créer eux-mêmes. Cela devrait faire diminuer de façon importante les revenus pour les chaînes spécialisées moins populaires, qui profitaient jusqu'à présent de leur inclusion dans des forfaits préassemblés par les fournisseurs de services de télévision.

L'entente aiderait Shaw à financer son acquisition du fournisseur de services sans fil Wind Mobile, une transaction de 1,6 milliard $ annoncée en décembre. La vente de la division médiatique permettra à Shaw de se concentrer exclusivement sur ses services de connexion à Internet, de télévision, de téléphonie domiciliaire et d'appareils mobiles.

Même si elle vaut quelques milliards de dollars, l'entente ne change pas grand-chose à la propriété de Shaw Media.

Selon les dirigeants de Corus, puisque l'entente ne comprend pas de changement au niveau de la propriété, elle ne devrait pas être problématique aux yeux du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC), du Bureau de la concurrence ou du gouvernement fédéral. Ces trois instances auraient le pouvoir de bloquer une entente s'ils jugent qu'elle concentre indûment le pouvoir des médias ou qu'elle nuit aux consommateurs.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer