Bombardier: l'opposition critique la transaction

L'opposition a estimé jeudi qu'une entente de la Caisse de dépôt et placement... (Fournie par Bombardier)

Agrandir

Fournie par Bombardier

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexandre Robillard
La Presse Canadienne

L'opposition a estimé jeudi qu'une entente de la Caisse de dépôt et placement avec Bombardier met en évidence les lacunes de la participation négociée par le gouvernement avec l'entreprise pour sauver le projet d'avion de la CSeries.

Le chef péquiste Pierre Karl Péladeau a affirmé que le ministre de l'Économie, Jacques Daoust, a «bâclé» la transaction avec Bombardier à propos du projet de la CSeries.

«En matière de négociation, il ne connaît rien, a-t-il dit. C'est très problématique lorsque vous êtes ministre de l'Économie et que vous n'êtes pas en mesure de pouvoir structurer une transaction qui a de l'allure. Le premier ministre doit commencer à s'interroger sérieusement sur la compétence de son ministre.»

Alors que le gouvernement s'est exposé à tous les risques, la Caisse a obtenu des garanties qui peuvent lui assurer un rendement minimal de 9,5 pour cent en contrepartie de sa participation de 1,5 milliard $ US dans le filiale ferroviaire, a indiqué M. Péladeau en Chambre.

Le chef caquiste François Legault croit également que le gouvernement aurait dû obtenir des garanties sur les actifs qui ont plus de valeur, notamment ceux de la filiale ferroviaire.

M. Legault a affirmé que la Caisse a réalisé une bonne transaction en investissant dans le fleuron québécois en difficulté financière.

«C'est difficile de critiquer la transaction de la Caisse, a-t-il dit. Là où il y a un problème qui demeure, c'est la transaction qui a été faite par Jacques Daoust et le gouvernement Couillard. Avoir mis 1 milliard $ US dans une division qui est risquée, qui n'a pas vraiment de valeur, c'est là qu'il y a eu un erreur, sans obtenir de garantie ni d'actifs, ni d'emplois sur l'ensemble de l'entreprise.»

Le mois dernier, M. Daoust a annoncé une prise de participation de 1 milliard $ US dans une filiale de Bombardier Aéronautique qui regroupe le projet d'avion CSeries.

Jeudi, la Caisse de dépôt et placement du Québec a annoncé une participation de 1,5 milliard $ US dans une nouvelle filiale de Bombardier Transport.

En Chambre, le premier ministre Philippe Couillard a affirmé que le gouvernement avait structuré sa transaction de 1 milliard $ US afin de préserver des emplois au Québec.

M. Couillard a évoqué le siège social allemand de Bombardier Transport, une multinationale qui exploite des usines au Québec et à l'étranger.

«Je comprends que c'est une bonne nouvelle pour la division transport de s'occuper des emplois en Allemagne, il faut continuer de le faire, mais nous, on va s'occuper des emplois au Québec puis à Montréal», a-t-il dit.

En point de presse, M. Daoust a affirmé qu'il n'y a aucune comparaison possible entre l'entente qu'il a conclue et celle de la Caisse.

«L'opposition peut déclarer ce qu'elle veut, ce sont deux gestes qui sont complètement séparés et ne sont pas liés en aucune façon, a-t-il dit. Mon geste, c'est de protéger notre premier produit d'exportation qui est dans le domaine de l'aéronautique. La Caisse a investi dans le domaine du rail, dans le transport, avec un siège social qui est en Allemagne.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer