Légère hausse dans la région d'Ottawa-Gatineau

Avec de légères hausses le mois dernier, Gatineau et Ottawa ressortent du lot... (Étienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Étienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Avec de légères hausses le mois dernier, Gatineau et Ottawa ressortent du lot dans le bilan du rythme des mises en chantier, publié hier par la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SHCL), qui fait état d'un premier ralentissement en trois mois à l'échelle du pays. Mais il y a des bémols pour la région de la capitale nationale.

Sur la rive gatinoise, la tendance des mises en chantier d'habitations dans la région de Gatineau se chiffrait à 1856 en juillet, comparativement à 1510 en juin. Quant au nombre mensuel désaisonnalisé et annualisé, il se situait à 3327 en juillet, soit plus du double enregistré le mois précédent (1448).

«La hausse observée est essentiellement attribuable au démarrage d'un ensemble de logements locatifs destinés aux personnes âgées. Cependant, depuis le début de l'année, le niveau d'activité dans la région de Gatineau demeure toujours faible d'un point de vue historique», affirme l'analyste principale de marché à la SCHL, Geneviève Lapointe.

Du Côté ottavien

Du côté ottavien, la tendance du nombre de fondations coulées le mois dernier se chiffrait à 4491, une légère hausse comparativement à 4207 en juin. Quant au nombre mensuel désaisonnalisé et annualisé, il se situait à 4562 à Ottawa en juillet, en baisse marquée par rapport à celui de 8918 enregistré en juin en raison de la forte diminution des mises en chantier d'appartements.

«Le cumul annuel des mises en chantier de maisons individuelles et de maisons en rangée a diminué plus lentement que celui des mises en chantier d'appartements. La nécessité de gérer les stocks dans le segment des tours d'habitation continue de limiter l'ouverture de nouveaux chantiers. Par contre, dans le segment des bâtiments de faible hauteur, les mises en chantier ont repris de la vigueur depuis 2014, après leur ralentissement de 2012-2013. La demande est restée stable également du côté des logements existants situés dans des bâtiments de faible hauteur», de dire l'analyste de marché à la SCHL, Anne-Marie Shaker.

Dans son communiqué publié hier, la SCHL établit le nombre mensuel désaisonnalisé de mises en chantier à 193032 à travers le pays en juillet, ce qui constitue une baisse par rapport au total de 202338 enregistré en juin. Le recul est surtout attribuable au moins grand nombre de projets de logements collectifs dans les régions urbaines.

En terme régional, le nombre mensuel désaisonnalisé de mises en chantier en milieu urbain a augmenté en Colombie-Britannique en juillet, alors qu'il a régressé en Ontario, dans les Prairies, dans les Maritimes et au Québec.

Dans les centres urbains québécois, la tendance des mises en chantier d'habitations se chiffrait à 30075 unités en juillet, en hausse comparativement à 28251 en juin. En sol ontarien, la tendance se chiffrait à 58736 en juillet, un léger recul par rapport à juin (60305).

La tendance des mises en chantier au Canada se chiffrait à 185586 en juillet, comparativement à 184035 en juin.

dleblanc@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer