Une chute plutôt surprenante

Les choses changent rapidement. (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les choses changent rapidement.

L'été dernier, le professeur Jean-Thomas Bernard affirmait s'attendre à une hausse des prix cet hiver en raison des tensions géopolitiques en Russie et au Moyen-Orient.

Historiquement, soutient M. Bernard, les périodes de conflit contribuent à maintenir un prix élevé. Or, une baisse drastique de la demande et une croissance continue de la production - notamment aux États-Unis - ont fait en sorte que le prix ait chuté dramatiquement.

«Une période de prix élevé et stable comme [on a connu], on n'avait pas vu ça. Ç'a donc été une période très propice à l'investissement et au développement.»

Le prix actuel est-il là pour rester? Là-dessus, le professeur Bernard refuse de se mouiller. Selon lui, la hausse du prix pourrait être aussi rapide que la baisse, comme ce fut le cas en 2008. Mais elle pourrait tout aussi bien se prolonger, comme ça s'est produit à la fin des années 1980.

«Je suis content de ne pas gagner ma vie en prédisant le prix du pétrole!» lance à la blague le professeur d'économie à l'Université d'Ottawa.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer