Québec pourrait retirer les 225 M$ promis pour l'industrie forestière

La ministre responsable de l'Outaouais, Stéphanie Vallée, se... (PHOTO JACQUES BOISSINOT, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

La ministre responsable de l'Outaouais, Stéphanie Vallée, se retrouverait dans une situation inconfortable.

PHOTO JACQUES BOISSINOT, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le gouvernement libéral jongle avec l'idée de retirer un investissement prévu de 225 millions$ pour des travaux sylvicoles dans les régions du Québec, dont l'Outaouais aurait bénéficié.

Si les coupes se concrétisent, la ministre responsable de l'Outaouais, Stéphanie Vallée, se retrouverait dans une situation très inconfortable, elle avait de cet investissement fait une promesse électorale.

«Les travaux sylvicoles sont importants pour la création d'emplois, mais aussi pour la mise en valeur de la forêt. Ainsi, le PLQ promet de porter à 225 millions$ par année, pendant cinq ans, l'enveloppe destinée à ce type de travaux», avait-elle déclaré en campagne électorale.

La mesure devait permettre de «redonner du souffle et de la vigueur» à l'économie des régions, et ouvrir des perspectives d'emploi pour les travailleurs forestiers.

Mme Vallée en avait remis en accusant le Parti québécois de ne pas avoir livré la marchandise dans ce domaine lorsqu'il était au pouvoir.

Le gouvernement libéral, qui s'est depuis lancé dans un exercice de révision des dépenses, avait fait de la foresterie un axe important pour relancer le développement économique en région.

Le président de la Commission régionale des ressources naturelles Raymond Durocher, prévoit assurément des pertes d'emploi si Québec élimine l'enveloppe.

«Ça va faire mal à des communautés. Quand on parle de sylviculture, on parle d'emplois. Pas besoin d'être une tête à Papineau pour comprendre qu'il va y avoir des pertes d'emploi», se désole-t-il.

Dans le processus de révision des dépenses, M. Durocher aimerait que le gouvernement consulte davantage les régions.

«Est-ce que le gouvernement va faire valoir des arguments autres que comptables? Est-ce qu'il va y avoir des démarches pour du développement? On ne le sait pas. Ils sont muets. Ils sont capables d'annoncer bien des choses, sauf pour maintenir des emplois et créer des jobs», peste-il.

Face aux menaces de compressions, l'industrie de la foresterie de l'Outaouais prépare son plan de match. Différents intervenants de la région doivent se réunir cette semaine.

La Fédération québécoise des municipalités (FQM) a d'ailleurs demandé hier une rencontre urgente avec le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Laurent Lessard afin de discuter de l'avenir du secteur forestier. «On veut être considérés comme de réels partenaires, dit M. Durocher, qui est aussi le préfet de la MRC du Pontiac. Là, ils annoncent des coupures et personne n'a été consulté.»

Invitée à commenter, la ministre Stéphanie Vallée n'a pas retourné les appels du Droit, hier soir.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer