Le développement immobilier reprend vie à Thurso

Partager

Sur le même thème

Le développement résidentiel bat son plein actuellement à Thurso. En seulement un an, 74 nouvelles constructions ont été érigées et un édifice à condos est sur le point d'être terminé.

«Je ne pensais pas que ça fonctionnerait autant et aussi vite, ça été mieux que je m'en attendais», se réjouit l'entrepreneur Laurent Labrie.

Son entreprise est responsable de la première phase d'un développement résidentiel qui contiendra plus de 110 résidences sur la rue Galipeau. Une phase 2 comprenant 55 maisons unifamiliales, 26 résidences semi-détachées et 54 condos est aussi prévue ce printemps, au bout de la rue Guy-Lafleur.

Plusieurs facteurs expliquent l'engouement pour les propriétés de Thurso, dont l'autoroute 50 et les bas prix, explique l'homme d'affaires. «Je vends les résidences semi-détachées 149900$ à Thurso, alors que les mêmes coûtent 215000$ à Gatineau, explique-t-il. Certaines personnes vont préférer faire 20 minutes de route supplémentaires par jour pour économiser 65000$.»

Cette différence s'explique notamment par le prix moins élevé du terrain et les coûts d'aménagement plus bas. Par exemple, l'installation de lampadaires à Gatineau est payée par les promoteurs, alors qu'à Thurso, c'est la Ville qui paie la facture.

Selon M.Labrie, le congé de taxes adopté par les élus est aussi un incitatif majeur. Les nouveaux Thursoliens ne paient pas de taxe foncière la première année, puis n'ont qu'à débourser 50% de la facture pendant deux ans.

Développer le territoire

La Ville de Thurso s'est véritablement mise à développer son territoire lorsqu'elle a été déclarée monoindustrielle. «Quand Fraser a fermé ses portes, il nous a fallu trouver une façon de compenser les revenus fonciers de l'usine, qui est évaluée 45 millions$», raconte le maire Maurice Boivin. «Elle payait à elle seule près de 40% des taxes municipales de la Ville. Nous devions donc trouver une solution pour ne pas égorger nos citoyens.»

La construction de 300 maisons évaluées à environ 125 000 $ chacune réglerait ce problème.

«La chance nous a vraiment souri, car Fortress a acquis l'usine, mentionne M.Boivin. Maintenant, grâce au développement résidentiel, nos arrières sont protégés.»

Afin de pouvoir construire ces 300 résidences, Thurso a demandé à la Commission de protection du territoire agricole du Québec (CPTAQ) de dézoner un terrain d'environ 13,21 hectares situé entre la voie ferrée, la voie de contournement et la route 148. Le secteur deviendra la phase 3 du développement résidentiel, qui comptera 120 portes. La Ville espère convaincre la commission que sa méthode de développement haute densité minimise les impacts environnementaux. «Nos terrains sont de 300 m2 et sont déjà desservis par l'égout et l'aqueduc, tandis que d'autres municipalités offrent des terrains de 12000 m2 carrés, ce qui implique l'aménagement d'un puits et d'une fosse septique», explique le responsable de l'urbanisme, Daniel René.

En 2011, la densité brute d'occupation à Thurso était de 392 habitants par km2. À Saint-André-Avellin, elle était de 27; à Papineauville, 35.

Toutes nos nouvelles sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer