L'espoir remplace la peur, dit l'AFO

Denis Vaillancourt est optimiste que le nouveau gouvernement libéral... (Patrick Woodbury, archives LeDroit)

Agrandir

Denis Vaillancourt est optimiste que le nouveau gouvernement libéral majoritaire sera prêt à prendre des décisions au bénéfice des communautés francophones, pour faire avancer les dossiers pressants.

Patrick Woodbury, archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les communautés francophones en situation minoritaire peuvent se réjouir du résultat de l'élection de lundi soir. Le régime de la peur des conservateurs fait désormais place à un gouvernement misant sur l'espoir, croit l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario (AFO).

«C'est un changement de ton de 180 degrés, a commenté mardi le président de l'organisme, Denis Vaillancourt. Nous constatons qu'un climat d'espoir plutôt que de peur s'installe.»

M. Vaillancourt est optimiste que le nouveau gouvernement libéral majoritaire sera prêt à prendre des décisions au bénéfice des communautés francophones, pour faire avancer les dossiers pressants.

«Les libéraux ont été clairs dans leur plate-forme électorale: ils veulent s'engager pour les communautés minoritaires. Ils leur ont tendu la main. Ils ont démontré une volonté de bonifier la responsabilité du gouvernement à ce chapitre.»

Au cours de la course électorale, l'AFO a lancé une campagne de lettres auprès de la communauté franco-ontarienne, invitant ses membres à dresser la liste de leurs attentes envers le prochain gouvernement. La communauté a répondu à l'appel en soumettant plus de 300 lettres aux chefs des partis et en soulignant leurs priorités.

«Pour nous, le premier geste du gouvernement est de réitérer son engagement dans la dualité linguistique du pays parce qu'il s'agit d'une des caractéristiques qui nous démarque», a insisté M. Vaillancourt.

L'immigration francophone est aussi dans la mire de l'AFO. «Elle n'a jamais atteint la cible au fédéral et certains programmes ont même été coupés», déplore la voix politique des quelque 611 500 Franco-Ontariens.

«Un coup de barre majeur»

Pour la présidente de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada, Sylviane Lanthier, l'arrivée d'un nouveau gouvernement signale une «approche renouvelée» en matière d'appui à la francophonie et aux langues officielles.

«Notre priorité numéro un est le bien-être des francophones vivant en milieu minoritaire, dit-elle. Les enjeux à cet égard sont nombreux et criants. À notre avis, il est temps pour un coup de barre majeur du gouvernement.»

Avec Paul Gaboury, LeDroit

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer