Les libéraux reprennent Orléans

Le libéral Andrew Leslie a été élu dans... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Le libéral Andrew Leslie a été élu dans Orléans, mettant fin au règne du conservateur Royal Galipeau, qui représentait la circonscription depuis 2006.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La soif de changement des électeurs canadiens s'est répercutée dans la circonscription d'Orléans. L'ancien militaire de haut rang Andrew Leslie déloge le conservateur Royal Galipeau, qui représentait cette circonscription à forte présence francophone depuis 2006.

La course serrée qui était anticipée entre libéraux et conservateurs n'a pas eu lieu. 

M. Leslie a remporté une écrasante victoire, récoltant 59% des voix, après le dépouillement des boites dans 180 bureaux de scrutin sur 255, au moment d'écrire ces lignes. M. Galipeau voit ses appuis fondre à environ 31%, lui qui avait obtenu un score de 45% en 2011.

Nancy Tremblay, du Nouveau Parti démocratique, et Raphaël Morin, du Parti vert, ferment la marche, avec respectivement 8% et 2% des voix.

Le député fraîchement élu a tenu à saluer le travail de son adversaire conservateur après neuf ans de service au Parlement fédéral. 

«Merci pour votre engagement envers la communauté d'Orléans. Nos philosophies sont peut-être différentes, mais j'ai un grand respect pour vous», a-t-il dit devant une foule enthousiaste d'une centaine de personnes réunies dans une salle de la Légion royale canadienne de la circonscription.

Andrew Leslie est un proche du chef libéral Justin Trudeau. Il pourrait obtenir un poste clé au conseil des ministres, possiblement à la tête de la Défense nationale.

Dans son discours, M. Leslie a chaudement applaudi M. Trudeau, qui est selon lui l'architecte de la victoire libérale.

«Il a construit une équipe incroyable. Il y avait des compétitions amicales entre les candidats, pour nous motiver à rencontrer le plus de gens possible.»

Avec un gouvernement libéral majoritaire commence une nouvelle ère de collaboration entre les différents paliers de gouvernance, a clamé M. Leslie devant ses partisans.

Le député sortant, le conservateur Royal Galipeau... (Etienne Ranger, LeDroit) - image 2.0

Agrandir

Le député sortant, le conservateur Royal Galipeau

Etienne Ranger, LeDroit

«Travailler avec tous les niveaux de gouvernement, c'est comme ça que les choses devraient être», a-t-il dit, saluant la présence de la députée libérale provinciale Marie-France Lalonde et du conseiller municipal d'Ottawa Stephen Blais. Les partisans du bilinguisme officiel pour la Ville d'Ottawa pourraient avoir gagné un allier à la Chambre des communes avec l'élection de M. Leslie. 

L'ancien chef d'état-major de l'armée de terre a affirmé qu'il interviendrait personnellement pour convaincre le maire d'Ottawa, Jim Watson, d'officialiser le bilinguisme de la capitale.

La circonscription d'Orléans a été représentée par le PLC à partir de sa création en 1988, jusqu'en 2006, lorsque M. Galipeau a été élu avec une mince majorité d'un peu plus de 1000 voix.

Rappelons que l'investiture de M. Leslie, élu sans opposition, a été vivement contestée par des militants, lorsque le PLC a décidé de retirer à son seul adversaire, David Bertschi, le droit de se présenter.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer