Duceppe veut la «balance du pouvoir» (en vidéo)

Le chef bloquiste Gilles Duceppe accompagné des candidats... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Le chef bloquiste Gilles Duceppe accompagné des candidats Maude Chouinard-Boucher (Hull-Aylmer) et Philippe Boily (Gatineau).

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

Le chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe, était de passage à Gatineau pour la deuxième fois de la campagne électorale vendredi.

Le chef bloquiste Gilles Duceppe a profité de son passage à Gatineau - le deuxième de sa campagne - pour lancer un appel aux souverainistes de la région, vendredi, afin qu'ils aillent voter pour lui donner la «balance du pouvoir» à Ottawa.

«Au début, nous avions le vent dans la face. Maintenant, nous pédalons avec le vent dans le dos. Il ne faut pas lâcher, il faut continuer à travailler», a-t-il lancé devant une cinquantaine de militants réunis dans le local du Bloc québécois à Gatineau, en présence des candidats Philippe Boily (Gatineau), Maude Chouinard-Boucher (Hull-Aylmer) et Jonathan Beauchamp (Argenteuil-La Petite-Nation).

«Avec les trois autres partis, les députés doivent choisir entre le Canada et le Québec, et avec eux, c'est toujours le Canada, a-t-il lancé. Au Bloc, c'est le Québec. Réagissons en majoritaires et donnons-nous la balance du pouvoir.»

En Outaouais, il est temps, selon M. Duceppe, de voter pour des députés du Bloc québécois qui iront défendre les intérêts de la région pour rapatrier une partie des centres de recherches et des contrats gouvernementaux, en attendant la souveraineté.

«Il y a 34 centres de recherches fédéraux à Ottawa et aucun à Gatineau. Ottawa a 2,2 milliards $ de contrats fédéraux d'achats de biens et services, et Gatineau seulement 43 millions $. C'est des jobs ça. Il nous faut la balance du pouvoir pour changer les choses afin que la région obtienne sa part» a ajouté le chef bloquiste en point de presse.

Pas de chèque en blanc

En entrevue avec LeDroit, M. Duceppe dit avoir été surpris par les jeunes, incluant les candidats de l'Outaouais, et dit avoir senti un vent nouveau envers lui et sa formation.

«Ça se résume souvent par une phrase. C'est Claude Ryan (ancien chef du Parti libéral du Québec) qui m'avait dit cela. Pendant cette campagne, les gens me disent: "Merci d'être revenu", ou encore "Vous avez gagné le débat". Pour moi, ce fut une campagne différente qu'en 2011», a-t-il indiqué, se disant prêt à un retour à Ottawa pour un nouveau mandat.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer