Harper courtise l'électorat en chantant et jouant du piano

Le chef conservateur n'est pas un habitué des émissions de variétés, mais en... (Archives, La Presse)

Agrandir

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Le chef conservateur n'est pas un habitué des émissions de variétés, mais en cette fin de longue campagne électorale où la lutte s'annonce serrée, il joue le tout pour le tout.

Stephen Harper est apparu sur les ondes de V, jeudi soir, dans le cadre de l'émission de style talk-show En mode Salvail animée par Éric Salvail.

Le politicien a voulu montrer une image de lui plus décontractée en y démontrant, ses talents de pianiste et de chanteur en interprétant le succès des Beatles Let it Be et le classique western Quand le soleil dit bonjour aux montagnes.

À quatre jours du scrutin, M. Harper a abordé divers sujets personnels, dont le fait qu'il est un «homme privé par nature», rejetant l'image d'être quelqu'un de «timide et difficile d'approche».

Son passage à l'émission n'est pas une stratégie pour charmer les électeurs mais plutôt un moyen de «communiquer d'une autre façon», a-t-il fait valoir.

Stephen Harper s'est dit «fier de parler français» et a souligné qu'il débute ses discours à l'étranger en français pour démontrer le bilinguisme canadien.

Questionné par Éric Salvail sur le maire qu'il préférait entre l'ancien maire de Toronto, Rob Ford, et celui de Montréal, Denis Coderre, M. Harper a dit qu'il privilégiait le travail avec les maires en exercice, soit M. Coderre, sans répondre directement à la question.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer