Les compressions nuiront aux conservateurs, selon un sondage

Depuis le début de l'été, l'AFPC multiplie les... (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Depuis le début de l'été, l'AFPC multiplie les apparitions en public afin de dénoncer le gouvernement conservateur.

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

Un sondage EKOS démontre qu'en coupant dans les services publics, le gouvernement conservateur «nuit à ses chances d'être réélu».

Selon le sondage commandé par l'Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC), une grande majorité de Canadiens s'opposent aux réductions des services publics, une question qui influera sur leur vote lors de l'élection lundi prochain. Les coupes dans l'inspection des aliments, la sécurité frontalière et les services aux anciens combattants inquiètent le plus les répondants au sondage réalisé entre le 2 et le 11 octobre.

Pour son coup de sonde, EKOS a contacté 23 836 personnes en âge de voter pour obtenir un échantillon de 5064 personnes. La marge d'erreur est de 1,38%.

Selon la présidente de l'AFPC, Robyn Benson, ce sondage confirme l'importance accordée par les électeurs aux services publics.

«Le 19 octobre, la population canadienne se prononcera. Inspection des aliments, sécurité frontalière et services aux vétérans; le gouvernement Harper n'a rien épargné. Nous comptons sur les Canadiens pour élire un nouveau gouvernement qui nous aidera à rétablir les services auxquels ils tiennent.»

En juillet, l'AFPC avait lancé la campagne «Votez pour stopper l'hémorragie», pour dénoncer l'effet cumulatif des compressions de 14,5 milliards $ par année en 2015-2016. Le syndicat invitait du même coup les électeurs à voter pour des candidats qui «aspirent non pas à amputer davantage les services publics, mais à leur redonner vie».

Ainsi, 78% des répondants croient qu'en coupant dans les services publics, le gouvernement actuel nuit «beaucoup ou modérément» à ses chances d'être réélu. La grande majorité des répondants (86%) estiment que la réduction des services d'inspection des aliments met en péril la santé des gens. Plus des trois quarts (77%) croient que ces coupes posent un risque «important» à la santé.

Par ailleurs, 68% des répondants, dont près de la moitié (48%) se disent d'allégeance conservatrice, souhaitent que le gouvernement rétablisse le financement d'Anciens Combattants Canada et rouvre les neuf bureaux régionaux fermés par les conservateurs en 2014.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer