Le «changement» est imminent, dit Jean Chrétien

«Les conservateurs ont fait une erreur en lançant... (Simon Séguin-Bertrand, LeDroit)

Agrandir

«Les conservateurs ont fait une erreur en lançant une campagne de 11 semaines. Ils ont permis à Justin Trudeau de se faire valoir», a lancé Jean Chrétien aux militants libéraux.

Simon Séguin-Bertrand, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Après Mauril Bélanger et Catherine McKenna plus tôt en septembre, c'était au tour de la candidate Anita Vandenbeld, dans Ottawa-Ouest-Nepean, de recevoir le support de l'ancien premier ministre Jean Chrétien, mercredi soir.

Dans un local de campagne de l'avenue Poulin bondé à craquer d'au moins 200 militants, M. Chrétien s'est adressé à la foule pendant près d'une quinzaine de minutes, écorchant au passage le bilan du gouvernement conservateur et faisant l'apologie du chef libéral Justin Trudeau.

S'il a martelé dans son discours que la réputation du Canada à l'échelle internationale était devenue «gênante» depuis le début du règne de Stephen Harper, M. Chrétien a surtout insisté sur le fait que Justin Trudeau était prêt à son avis à devenir premier ministre.

«Les conservateurs ont fait une erreur en lançant une campagne de 11 semaines. Ils ont permis à Justin Trudeau de se faire valoir», a lancé M. Chrétien aux militants.

La volonté du «changement»

Jean Chrétien dit ressentir la volonté du «changement» en marge de sa tournée de campagne au cours de laquelle il a visité des patelins de l'Ontario et du Québec.

«Je pense que nous sommes en train de gagner. Je peux le sentir. On peut sentir qu'il y a un changement», a-t-il déclaré à la foule.

Le taux de votation par anticipation à la hausse enregistrée la fin de semaine dernière est un indicateur de cette tendance, croit l'ancien premier ministre.

«Quand les gens sortent voter en grand nombre durant le vote par anticipation, c'est parce qu'ils veulent du changement.»

Questionné après son discours sur sa confiance que le Parti libéral prenne le pouvoir lundi prochain et sur les sondages qui mettent sa formation politique en avance, ce dernier a été bref dans sa réponse.

«Je me promène et j'en ai vu des foules comme celle-là, a-t-il indiqué au représentant du Droit. Ce n'est pas une foule de gens qui perd qui est ici. On le sent. Après 40 ans (de vie politique), on comprend ça.»

Anita Vandenbeld, qui tentera pour une seconde fois de ravir le siège dans Ottawa-Ouest-Nepean - elle avait perdu contre l'ancien ministre conservateur John Baird en 2011 -, avance pour sa part que cette visite de l'ancien premier ministre dans son comté n'est pas un hasard.

«C'est incroyable parce que j'étais une jeune libérale qui avait voté pour M. Chrétien en 1990. Ça vient donner une énergie pour les derniers jours de la campagne. Je crois que M. Chrétien vient dans les circonscriptions où nous avons de bonnes chances de gagner», a-t-elle mentionné.

Mme Vandenbeld affronte dans ce comté le conservateur Abdul Abdi, la néo-démocrate Marlene Rivier et le candidat du Parti vert Mark Brooks.

Il y a quatre ans, John Baird avait remporté son élection avec 44,7% des voix. Mme Vandenbeld avait raflé 31,5% des voix.

M. Chrétien continue sa tournée des candidats jeudi en Outaouais. Il sera au Chelsea Pub, de midi à 13 h, afin de venir appuyer le candidat libéral dans la circonscription de Pontiac, William Amos.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer