La rivière des Outaouais

La rivière des Outaouais.... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

La rivière des Outaouais.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le principal cours d'eau de la région, la rivière des Outaouais, a fait l'objet d'un important sommet en mai dernier. On y a notamment établi un constat: la rivière a besoin d'attention afin de rester en santé. Un comité de gestion Québec-Ontario avait alors été créé pour garder un oeil sur l'état du cours d'eau.

Le candidat libéral dans Pontiac, Will Amos, dénonce l'absence de représentants du gouvernement conservateur à cet événement. Il souhaite que le gouvernement fédéral prenne une place au sein de ce comité. M. Amos ajoute que son gouvernement reverrait la Loi sur les pêches afin de mieux protéger les lacs et les rivières.

Son adversaire conservateur dans Pontiac, Benjamin Woodman, se dit prêt à collaborer avec les provinces, mais il souhaite avoir une discussion avec elles et avec les citoyens avant de s'engager à joindre le comité de gestion de la rivière des Outaouais.

«C'est une conversation qu'on doit avoir avec les provinces et les municipalités. [...] On doit avoir un consensus pour des choses comme ça», affirme M. Woodman.

Nycole Turmel, candidate du Nouveau Parti démocratique dans Hull-Aylmer, souhaite de son côté que la rivière des Outaouais soit reconnue comme rivière du patrimoine. Cette désignation offrirait une protection supplémentaire au cours d'eau. La Ville de Gatineau devrait aussi imiter son homologue d'Ottawa pour éliminer les déversements d'eaux usées.

Le candidat du Parti vert dans Pontiac, Colin Griffiths, souhaite de son côté qu'une agence de protection de la rivière des Outaouais et de ses bassins versants voit le jour. Il espère que cette agence, qui assurerait le suivi sur la condition de ces plans d'eau, au Québec et en Ontario, permettrait de protéger la qualité de l'eau dans la région.

De son côté, le candidat du Bloc québécois dans Argenteuil-La Petite Nation, Jonathan Beauchamp, soutient que le projet d'oléoduc Énergie Est pourrait avoir des conséquences néfastes sur la rivière des Outaouais si un déversement avait lieu dans la région de Montréal.

«Il faut faire une transition vers une économie sans pétrole. Ça ne se fera pas du jour au lendemain, mais il faut s'y préparer.»

M. Beauchamp - comme M. Amos, Mme Turmel et M. Griffiths - croit qu'il faut resserrer les lois pour mieux protéger les cours d'eau.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer