La 50 s'invite dans la campagne

Le libéral Stéphane Lauzon, le conservateur Maxime Hupé-Labelle,... (Benoit Sabourin, archives LeDroit)

Agrandir

Le libéral Stéphane Lauzon, le conservateur Maxime Hupé-Labelle, le bloquiste Jonathan Beauchamp et la néo-démocrate Chantal Crête ont croisé le fer jeudi au dernier débat organisé par le 104,7 FM.

Benoit Sabourin, archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les candidats de la circonscription d'Argenteuil-La Petite-Nation étaient les invités d'honneur, jeudi midi, lors du quatrième et dernier débat organisé par la station 104,7 FM dans le cadre de la campagne fédérale.

Après avoir effectué un premier saut dans l'arène mardi soir à Buckingham devant le public, les quatre aspirants députés de ce nouveau comté issu du redécoupage électoral ont cette fois été invités à échanger sur les thèmes de l'assurance-emploi, du tourisme, des infrastructures et de l'agriculture.

C'est principalement le dossier des infrastructures qui a retenu l'attention, alors que le sujet de l'élargissement de l'autoroute 50, qui n'avait pas été abordé encore durant la campagne, a été soulevé autour de la table.

Questionnée par le journaliste Mathieu Locas à savoir si elle allait «aller au bat pour une 50 à quatre voies», la néo-démocrate Chantal Crête a répondu sans détour: «Bien sûr que je vais aller au bat pour défendre la 50. C'est un atout important de développement pour notre région.»

Lauzon piqué au vif

Une réponse qui a piqué au vif le candidat du Parti libéral, Stéphane Lauzon. «Madame Crête dit oui à tout depuis les derniers jours», a-t-il lancé, accusant son adversaire néo-démocrate de prendre des engagements sur chaque dossier d'infrastructure qui lui sont soumis.

«J'ai peut-être été mal comprise tantôt quand j'ai dit que je prendrais un engagement. L'engagement, c'était d'aller me battre main dans la main avec les autres instances que ce soit le palier provincial», a précisé Mme Crête.

M. Lauzon a fait savoir qu'il appuierait un élargissement de la voie publique, mais seulement si cela devient une priorité auprès de Québec. «On veut mettre 60 milliards de dollars de nouveau financement sur les 10 prochaines années. Et si la 50 devient une priorité avant les investissements à l'intérieur de nos municipalités, de notre service d'aqueduc et puis de tous nos services directs à la population, on va dire oui à ça», a-t-il affirmé.

Par ailleurs, le conservateur Maxime Hupé-Labelle s'est prononcé en faveur de l'ajout de voies à l'autoroute. Cependant, il a rappelé que le dossier était de compétence provinciale.

«On tasse le côté émotif. Je connais des gens qui sont morts sur cette autoroute. S'il y a quelqu'un autour de la table qui pourrait dire 'moi je vais promettre ça à tous vents et faire des promesses que je ne peux pas tenir' ce serait moi. Mais je ne le ferai pas parce que je vais respecter les compétences des provinces et je vais ailler travailler en partenariat avec les provinces.»

Le bloquiste Jonathan Beauchamp a quant à lui profité de cette discussion pour envoyer un crochet à l'ensemble des candidats libéraux de la région.

«Au niveau des infrastructures et du Parti libéral, on entend souvent les libéraux dire 'on veut investir dans les infrastructures, on va mettre des milliards en infrastructure', mais entre eux, ils ne réussissent même pas à s'entendre sur ce dans quoi ils veulent investir. Je prends l'exemple du pont à Gatineau. M. MacKinnon dit une chose, Mauril Bélanger dit une autre chose et M. Fergus est comme entre les deux, on ne sait pas trop.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer