Postes Canada accusée de faire de la publicité illégale

Dans une plainte déposée auprès d'Élections Canada, le Syndicat des... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

Dans une plainte déposée auprès d'Élections Canada, le Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes (STTP) accuse Postes Canada de faire de la publicité électorale sans y être autorisée, un reproche qualifié d'«absurde» par la société d'État.

Selon le président du STTP, Mike Palecek, Postes Canada n'est pas enregistrée auprès d'Élections Canada et ne peut conséquemment faire de la publicité de nature électorale, comme l'exige la loi fédérale. 

La plainte vise plus précisément des dépliants vantant les boîtes postales communautaires.

«Il ne fait aucun doute que le matériel distribué par Postes Canada constitue de la publicité électorale, a indiqué M. Palecek. Ces dépliants vantent les mérites des boîtes postales communautaires approuvées par les conservateurs. D'autres partis politiques se sont engagés à mettre fin à l'abolition du service de livraison à domicile et font campagne à ce sujet. Les compressions imposées au service postal sont un enjeu électoral de grande importance.»

Le STTP rappelle que la publicité électorale est définie comme étant la «transmission d'un message qui prend position sur un sujet auquel un parti politique est associé».

Or, rappelle M. Palecek, il y a déjà un bon moment que le syndicat a enregistré auprès d'Élections Canada sa campagne «Sauvons Postes Canada», qui dénonce les compressions imposées au service postal.

«Il est vrai que le syndicat n'est pas d'accord avec les restrictions sans précédent que la fameuse Loi sur l'intégrité des élections impose à la liberté d'expression. Toutefois, nous respectons les règles du jeu, et nous nous attendons à ce que Postes Canada fasse de même quand son message plaide en faveur des conservateurs», a mentionné Mike Palecek.

Accusation «absurde»

À Postes Canada, sa porte-parole Anick Losier estime que la brochure d'information ne pouvait se comparer à de la publicité.

«Notre syndicat a une imagination fertile de comparer une brochure d'information visant la consultation avec les résidents qui verront un changement dans leur mode de livraison à une mesure promotionnelle, a-t-elle fait valoir. L'information véhiculée est factuelle et dresse un portrait du processus de consultation, un élément crucial à la conversion du service à domicile envers des boîtes postales communautaires. Comparer cette information à de la publicité est absurde.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer