«Débat d'idées» à l'UQO

En l'absence de leur adversaire conservateur, qui n'avait même pas répondu à... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

En l'absence de leur adversaire conservateur, qui n'avait même pas répondu à l'invitation, six candidats de Hull-Aylmer ont débattu à l'Université du Québec en Outaouais (UQO), mardi, où l'affrontement verbal n'était pas au rendez-vous.

Devant une centaine d'étudiants, de professeurs et de citoyens, les candidats ont échangé sur des thèmes régionaux, comme le développement économique, mais aussi sur l'aide humanitaire, la réforme électorale et les Premières Nations. Seul le candidat conservateur Étienne Boulrice n'a pas répondu à l'invitation.

La députée sortante et candidate Nycole Turmel a expliqué que l'engagement de réduire le taux d'imposition des PME de 11 à 9% aidera à l'économie régionale. Elle a eu droit à des applaudissements quand elle a mentionné que les jeunes autochtones obtiennent moins d'aide fédérale pour leur éducation que les autres jeunes au pays.

«On doit les aider. C'est un rôle primordial que nous devons jouer», a dit Mme Turmel.

Le libéral Greg Fergus a mentionné que son parti veut investir dans l'économie «pour créer des jobs», et il croit que les entreprises de Gatineau devraient profiter davantage de la présence du fédéral pour développer les entreprises, un peu comme l'a fait Alexandra, ville située juste à proximité de Washington.

Dans le dossier des infrastructures, la candidate bloquiste Maude Chouinard-Boucher a rappelé que son parti proposait une nouvelle société de financement environnementale qui permettrait un financement «sans condition» d'infrastructures, comme le Rapibus, qui n'est pas admissible à l'aide fédérale actuelle parce qu'il coûte moins de 1 milliard$.

Roger Fleury du Parti vert a eu droit à des applaudissements en reprochant au gouvernement fédéral d'investir des milliards à Ottawa dans le transport en commun, alors qu'il n'y a «rien» pour Gatineau, et en reprochant à la députée Turmel d'«avoir dormi» pendant quatre ans dans ce dossier, tout comme les libéraux. «Alors je ne pense pas que je pourrais faire pire», a-t-il dit.

Gabriel Girard Bernier du Parti marxiste-léniniste, agréablement surpris d'avoir été invité à ce débat, a pu surprendre les spectateurs qui n'ont d'ailleurs pas hésité à applaudir lorsque ses réponses touchaient une corde sensible, notamment sur la question des Premières Nations, victimes d'une «injustice coloniale».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer