La pauvreté absente de la campagne, dénonce le CRIO

Martin Chartrand et Yves Séguin du CRIO.... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Martin Chartrand et Yves Séguin du CRIO.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

Pendant que le niqab est sur toutes les lèvres, la pauvreté et l'itinérance sont littéralement absents des débats de la présente campagne électorale, déplore le Collectif régional de la lutte à l'itinérance en Outaouais.

Pourtant, la situation en Outaouais, comme ailleurs au pays, est alarmante. En 2014, 872 personnes qui ont séjourné dans une des cinq ressources d'hébergement d'urgence et 149 336 personnes ont fait appel à des services d'aide alimentaires auprès de sept organismes, ont rappelé les responsables du CRIO.

«Dans la présente campagne, nous avons souvent entendu parler d'un sujet, le niqab, touchant deux femmes sur les 600 000 personnes immigrantes au Canada alors que la pauvreté et l'itinérance touchent aujourd'hui des centaines de milliers de personnes en Outaouais seulement», a dénoncé Martin Chartrand, président du CRIO.

À moins de deux semaines de la fin de la campagne, force est d'admettre que la pauvreté et l'itinérance ne sont pas dans les priorités des partis politiques.

«On voudrait nous laisser croire que l'accroissement des profits des banques et des grandes entreprises est plus important que le respect des droits humains de l'ensemble de la population, plus spécifiquement pour la population la plus pauvre, qu'on ne s'y prendrait pas autrement», a souligné pour sa part le coordonnateur du CRIO, Alexandre Ranger.

Les coupures dans les programmes publics ont eu des impacts majeurs sur la population alors que 50% des ménages craignent de se retrouver dans une situation de pauvreté et que les groupes communautaires croulent sous l'augmentation des demandes.

«Pour la Manne de l'Île, c'est une augmentation de 20 à 25% au cours des trois dernières années. Il est évident que la stratégie vieille de 30 ans consistant à placer l'économie comme priorité numéro 1 est un pur échec. Il est crucial que la priorité numéro 1 devienne le plein respect des droits humains et qu'on parle de pauvreté et d'itinérance quotidiennement» a mentionné Yves Séguin, vice-président du CRIO.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer