Débat dans GPR: la gestion de l'offre à l'ordre du jour

Les producteurs laitiers de l'Est ontarien ont fait... (François Roy, Archives La Presse)

Agrandir

Les producteurs laitiers de l'Est ontarien ont fait entendre leurs inquiétudes jeudi soir.

François Roy, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Plus de 300 producteurs laitiers étaient réunis à l'aréna de Saint-Isidore, jeudi soir, afin de s'entretenir avec les trois candidats des principaux partis politiques dans la circonscription de Glengarry-Prescott-Russell.

Alors que des discussions ont cours sur le Partenariat transpacifique (PTP) à Atlanta, il va sans dire que la question de la protection de la gestion de l'offre était sur plusieurs lèvres durant les échanges.

Un agriculteur a demandé si le système de gestion de l'offre serait protégé.

«On entend plusieurs rumeurs. On voudrait savoir ce qui a déjà été négocié. Si nous sommes ici aujourd'hui, c'est parce qu'on est inquiet», a fait valoir un des agriculteurs.

Pour sa part, le député sortant et candidat du Parti conservateur a affirmé que bien que plusieurs chiffres et affirmations aient été annoncés dans les médias, les négociations sont toujours en cours.

«Nous négocions actuellement avec les autres pays. [...] Nous ne négocions pas à travers les médias. Divers représentants des secteurs agricoles sont présents. À la fin, les ententes seront dans les meilleurs intérêts des Canadiens», a affirmé Pierre Lemieux.

Le candidat du Parti libéral, Francis Drouin, a pour sa part déploré le simple fait que la gestion de l'offre se retrouve sur la table de négociations. «Pourquoi est-ce que le système d'approvisionnement est sur la table alors que l'on voit bien que par la présence de tous ces gens ici, il y a une inquiétude?»

Le candidat du Nouveau Parti démocratique (NPD), Normand Laurin, a réitéré tout au long de la soirée l'intention de son parti de protéger le système actuel. «Je vais faire tout en mon possible pour que la gestion de l'offre demeure telle quelle est sans brèche. Je souhaite d'abord que le Partenariat transpacifique ne soit pas signé avant l'élection», a affirmé M. Laurin.

Une autre question soulevée lors de la rencontre a été celle du contrôle de l'importation des produits du lait, notamment des États-Unis.

«Aujourd'hui, plus de 15% des produits laitiers consommés au Canada viennent de l'extérieur. Est-ce qu'il va y avoir un meilleur contrôle aux frontières?» a souligné un agriculteur en évoquant notamment l'importation de protéines de lait.

Le candidat du NPD a affirmé qu'une augmentation de la surveillance à la frontière assurerait un meilleur contrôle des produits qui entrent au Canada.

Francis Drouin souligne qu'une discussion doit se faire avec Agriculture et Agroalimentaire Canada pour arrêter ces importations. «Il y a 21 000 tonnes de protéines de lait qui ont passé la frontière l'an passé. Un des trois piliers de la gestion de l'offre, c'est justement le contrôle des importations», a affirmé le candidat libéral.

De son côté, Pierre Lemieux a rappelé les initiatives de son gouvernement qui, en 2007, a restreint l'importation des protéines dérivées du lait. Il a également souligné la restriction des trousses de pizzas préfabriquées.

«En travaillant ensemble, nous avons obtenu ces succès à la frontière au profit des producteurs laitiers. Il faut savoir que chaque situation est différente également en ce qui a trait au règlement à la frontière», a affirmé M. Lemieux.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer