Débat en français: les francophones hors Québec oubliés

Sur les médias sociaux, jeudi soir, des francophones... (La Presse, Bernard Brault)

Agrandir

Sur les médias sociaux, jeudi soir, des francophones de toutes les régions du pays ont exprimé leur frustration d'être ignorés durant le débat des chefs.

La Presse, Bernard Brault

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

La francophonie hors Québec a été totalement ignorée par les organisateurs et les chefs des différents partis lors du débat en français de jeudi, déplore la présidente de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA).

«Des citoyens francophones des quatre coins du pays étaient au rendez-vous pour le débat, mais les organisateurs du débat, et les chefs eux-mêmes, n'étaient pas au rendez-vous pour nous. C'est comme si on nous avait embarrés dehors. Nos citoyens s'attendent à mieux, ils méritent mieux», a déploré Sylviane Lanthier, présidente de la FCFA, à la suite du débat des chefs diffusé à Radio-Canada et RDI.

Selon elle, dans les questions posées par les animateurs ou les réponses des chefs, «les références au Québec étaient omniprésentes au cours du débat. En revanche, la francophonie ailleurs au pays a été totalement ignorée».

«Comment les chefs ont-ils réussi à faire tout un débat sans parler de nous? On a parlé en long et en large de la question de la clarté référendaire, mais on n'a même pas trouvé 30 secondes pour parler de respect des droits linguistiques. On a fait tout un segment sur le gouvernement au service des Canadiens sans dire un mot sur les obligations du gouvernement envers les minorités», déplore Mme Lanthier.

La FCFA croit que «Radio-Canada a failli à ses obligations en tant que diffuseur pancanadien», et estime que les chefs, qui aspirent à diriger un pays avec deux langues officielles, «auraient pu et dû démontrer une perspective pancanadienne de la francophonie».

«On a parlé en long et en large de la question de la clarté référendaire, mais on n'a même pas trouvé 30 secondes pour parler de respect des droits linguistiques.»

Sylviane Lanthier
présidente de la FCFA

Sur les médias sociaux, souligne la présidente Lanthier, plusieurs francophones de toutes les régions du pays ont exprimé leur frustration d'être ignorés durant le débat des chefs.

«Nous encourageons les francophones à déposer des plaintes au CRTC par rapport au travail de Radio-Canada comme organisateur du débat. Le diffuseur public a un mandat pancanadien et l'oublie souvent dans ses émissions nationales. [Jeudi] soir, ils nous ont oubliés une fois de trop», a commenté Mme Lanthier.

La FCFA a aussi invité les francophones à interpeller leurs candidats locaux sur cette absence presque totale de reconnaissance, par les chefs, de l'existence même de la francophonie ailleurs qu'au Québec.

«Sont-ils fiers de ce que leurs chefs ont dit [jeudi]? Ils veulent nos votes, qu'ils nous répondent et nous disent ce qu'il en est de la vision qu'a leur parti de la francophonie canadienne», a ajouté Mme Lanthier.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer