Exclusif

Trudeau courtise les fonctionnaires fédéraux

Le gouvernement Harper a manqué de «respect» envers... (Martin Tremblay, Archives La Presse)

Agrandir

Le gouvernement Harper a manqué de «respect» envers les fonctionnaires fédéraux, estime le chef libéral Justin Trudeau.

Martin Tremblay, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

Le chef libéral Justin Trudeau affirme que la décision du gouvernement Harper d'imposer un nouveau régime de congés de maladie des fonctionnaires fédéraux «n'est pas justifiée», et a été prise uniquement «pour des raisons politiques», plutôt que d'être basée «sur des faits».

Lors d'une entrevue exclusive avec LeDroit mercredi, le chef libéral a expliqué que le gouvernement Harper avait manqué de «respect» envers les fonctionnaires fédéraux en voulant imposer, par le biais de la loi C-59, un régime d'assurance-invalidité de courte durée aux fonctionnaires fédéraux sans passer par le processus de négociations.

«Nous ne sommes pas d'accord avec les éléments du C-59 qui donnent autorité au gouvernement de modifier unilatéralement le régime des congés de maladie des fonctionnaires, une décision prise uniquement pour des raisons politiques et qui n'est aucunement basée sur les faits et les épargnes. Nous avons besoin d'un gouvernement qui négocie de bonne foi les conditions de travail des fonctionnaires, tout en leur offrant les outils pour qu'ils puissent bien servir les Canadiens. C'est ce que je me suis engagé à faire lorsque j'ai rencontré les dirigeants syndicaux», a indiqué M. Trudeau.

S'il est élu, le chef libéral promet «en priorité» à mettre fin aux «longues files d'attente» pour obtenir des services du gouvernement fédéral, en personne ou au téléphone, résultat des compressions et des abolitions de postes. Il s'est déjà engagé à rouvrir les neuf bureaux régionaux d'Anciens Combattants Canada fermés par le gouvernement Harper. «Nous avons besoin d'un gouvernement qui est au service des citoyens et nous avons besoin de redonner à la fonction publique son indépendance en mettant fin à l'ingérence», a ajouté le chef libéral.

Dans le dossier de Postes Canada, il veut arrêter l'installation des boîtes postales communautaires et mener une véritable consultation pour trouver des moyens de maintenir la livraison du courrier à domicile. «Il faut arrêter de penser que Postes Canada est une machine à profit», a déclaré M. Trudeau.

Sans prendre d'engagement précis sur le «gel budgétaire» des ministères fédéraux pour les deux prochaines années, annoncé dans le dernier budget, M. Trudeau soutient qu'un gouvernement libéral mettrait fin au «gaspillage» dans les dépenses afin de dégager des sommes importantes pour améliorer les services publics.

Les maires à la CCN

Sur des questions à incidence régionale, le chef libéral s'est dit ouvert à discuter avec les maires d'Ottawa et de Gatineau au sujet de leur participation au conseil d'administration de la Commission de la capitale nationale.

«Nous voulons être un gouvernement responsable. Et c'est tout à fait responsable d'avoir une bonne représentation à la CCN pour Ottawa et Gatineau. J'ai l'intention de trouver une solution acceptable avec les deux maires», a-t-il indiqué.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer