Un programme national de garderies réclamé

Des organismes communautaires de la capitale demandent aux candidats aux... (Archives, Associated Press)

Agrandir

Archives, Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Des organismes communautaires de la capitale demandent aux candidats aux élections fédérales de se prononcer sur l'idée d'un programme national de ggarderies, afin que chaque enfant puisse avoir une place sans que cela soit un fardeau financier pour les parents.

Quelques dizaines de représentants du groupe Initiative: une ville pour toutes les femmes et de la Coalition des centres de ressources et de santé communautaires (CRSC) d'Ottawa étaient réunis à l'hôtel de ville d'Ottawa, lundi avant-midi, afin de faire signer une pétition pour inviter les différents partis politiques de la scène fédérale à prendre des engagements au sujet des services de garde pour la petite enfance.

«Nous voulons que les partis et candidats fédéraux s'engagent à fournir du leadership, mais aussi du financement pour les services de garde, a indiqué Naini Cloutier, représentante de la Coalition des CRSC. Nous voulons que ce soit un enjeu important dans la campagne.»

Aleksandra Milosevic, agente de projet au CRSC du centre-ville, affirme que les difficultés d'accès aux places en service de garde nuisent à toute la société. «Ma soeur, par exemple, est à Toronto avec deux jeunes enfants, [...] et ça lui coûte moins cher de faire venir quelqu'un chez elle au lieu de payer une place dans un service de garde. [...] Pour son fils, c'était 1400$ par mois pour une place dans un service de garde professionnel avec un permis.»

Avec de tels tarifs en vigueur, Mme Milosevic souligne que les mères sont nombreuses à quitter le marché du travail afin de rester avec leurs bambins, ce qui nuit à l'économie, dit-elle. Certains enfants en ressortent aussi perdants, soutient-elle, puisqu'ils ont moins d'occasions de socialiser avec des amis de leur âge avant la rentrée scolaire.

Mme Milosevic souligne aussi que dans la région, certaines familles choisissent de quitter l'Ontario afin de s'établir au Québec et avoir accès aux services de garde à contribution réduite en place. L'implantation d'un programme national de services de garde fait partie de la plate-forme néo-démocrate. Le parti de Thomas Mulcair s'engage, s'il est élu, à créer un million de places à un maximum de 15$ par jour, le tout sur une période de huit ans.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer