La Petite-Nation et La Lièvre en 2012 en cinq temps

Norman MacMillan... (Archives Le Droit)

Agrandir

Norman MacMillan

Archives Le Droit

Partager

Un personnage : Norman MacMillan

L'ancien député de Papineau et ministre délégué aux Transports du Québec, Norman MacMillan, a annoncé son retrait de la vie politique le 11 juillet dernier. Élu député le 29 mai 1989 lors d'une élection partielle, il n'a jamais été défait jusqu'au moment de son départ. Maintenant âgé de 64 ans, il a déclaré l'été dernier vouloir passer du temps avec sa famille, dans ses terres. Né à Buckingham, cet ancien ministre a été conseiller municipal à la Ville de Buckingham avant d'entreprendre ses 23 années à l'Assemblée nationale.

Un lieu : le Domaine des Pères Sainte-Croix

En septembre dernier, le père supérieur provincial de la congrégation des Pères Sainte-Croix, Jean-Pierre Aumond, était de passage dans la Petite-Nation pour expliquer le projet de vente de leur domaine situé à Lac-Simon. D'une superficie de 48 acres, leur terrain abrite des bâtiments construits en 1933 où l'on retrouve 58 chambres. L'un d'entre eux contient une chapelle. La baisse d'achalandage et l'âge avancé des pères sont les raisons qui poussent la congrégation à vendre le domaine. Les Pères Sainte-Croix ont donc embauché la société-conseil AVD pour qu'elle élabore un concept d'aménagement et de développement du terrain. De son côté, la résidente Chantal Crête a fait une offre à la congrégation afin d'acquérir le domaine et de le transformer en coopérative de solidarité sociale. Elle attend toujours de pouvoir présenter son projet au conseil d'administration de la congrégation. Pour sa part, la municipalité de Lac-Simon a décidé de préserver certains éléments du site, dont la croix de chemin et le cimetière privé. Pour ce qui est du bâtiment principal, son caractère patrimonial sera reconnu. La municipalité adoptera ce règlement le 11 janvier prochain.

Contrairement aux rumeurs, le tronçon de 18 km... (ARCHIVES, LeDroit) - image 2.0

Agrandir

Contrairement aux rumeurs, le tronçon de 18 km de l'autoroute 50 reliant Thurso et Papineauville n'est pas encore ouvert à la circulation.

ARCHIVES, LeDroit

Un chiffre : 50

Après 42 ans, l'autoroute 50 reliant Montréal à Gatineau est enfin terminée. Depuis le 26 novembre, les automobilistes peuvent l'emprunter sur toute sa longueur, puisque le tronçon Papineauville et Thurso est devenu accessible à la circulation. En août dernier, le ministère des Transports du Québec avait ouvert le tronçon Notre-Dame-de-Bonsecours et Papineauville. Ce parachèvement de 90 km de la 50 aura coûté deux fois plus cher que prévu. En mai 2001, le gouvernement du Parti québécois évaluait ces travaux à près de 400 millions $, alors qu'ils en ont coûté 800 millions $. L'ouverture de la 50 a fait jaser, mais les réparations sur le tronçon de Thurso pendant l'été pour éviter de futurs affaissements de la route aussi. Le développement permis aux cinq sorties situées sur leur territoire a également fait l'objet de vives discussions entre les maires de Papineau. Une étude de CIMA + commandée au coût de 25 000 $ par le Centre local de développement de Papineau a d'ailleurs fait couler beaucoup d'encre. Le document préconisait l'implantation de l'aire de service sur la route 323 à Notre-Dame-de-Bonsecours (Montebello). Finalement, les élus ont déterminé le type de développement possible à chaque sortie et adopté un règlement de contrôle intérimaire en novembre pour lever le moratoire qui empêche le développement aux abords de l'autoroute.

Un mot : Eau

L'eau a été une source de tracas pour Montebello et Thurso en 2012. Montebello éprouve des problèmes avec son usine de filtration construite en 2007, car elle n'a jamais fonctionné à pleine capacité. Le Château Montebello a d'ailleurs intenté une poursuite de 2,1 millions $ contre la municipalité pour être dédommagé à la suite de nombreux avis d'ébullition émis depuis 2008. La faillite de Dagua, l'entreprise qui a conçu l'usine, a aussi compliqué les choses puisqu'elle s'était engagée à la réparer gratuitement. Dans les circonstances, la municipalité ne peut plus compter sur ces réparations. De plus, l'hiver dernier, les Montebellois ont presque manqué d'eau, car le niveau du lac Écho avait grandement diminué. Afin de régler ces problèmes, la municipalité a envoyé deux scénarios au ministère des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du Territoire (MAMROT). Le premier est de remettre à jour l'usine de transformation en eau potable, tandis que le deuxième est de construire une nouvelle usine pour s'approvisionner à la rivière des Outaouais. Avant de trancher, la municipalité attend les recommandations du MAMROT. Les Thursoliens ont aussi fait bouillir leur eau plusieurs fois, en 2012, à cause des travaux de 6,5 millions $ effectués pour moderniser l'usine.

Une résolution : Sauver la 148

Maintenant que l'autoroute 50 est complétée, l'ensemble des intervenants de Papineau devra travailler main dans la main pour minimiser les impacts négatifs sur la route 148. Rappelons que les restaurants le Coq d'Or de Plaisance et la Canadienne de Grenville-sur-la-Rouge ont fermé leurs portes au cours de la dernière année. Cette situation inquiète fortement les commerçants et les élus.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer