Quand la courtoisie prend le bord

La cohabitation entre automobilistes, cyclistes et piétons est... (Patrick Woodbury, Le Droit)

Agrandir

La cohabitation entre automobilistes, cyclistes et piétons est parfois difficile dans les rues du centre-ville d'Ottawa.

Patrick Woodbury, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / La spectaculaire vidéo d'un cycliste brûlant un feu rouge au centre-ville d'Ottawa, avant d'être frappé par une voiture, a vite fait le tour du Web.

Le bon côté de l'affaire, c'est que le cycliste s'en est tiré miraculeusement indemne, même si la violence de l'impact ne fait aucun doute sur les images captées par un autre automobiliste.

Comme le cycliste était dans le tort, il écopera d'une amende de 325$ pour avoir brûlé un feu rouge. Le gars a beau avoir failli y laisser sa peau, il devra payer sa contravention. Comme quoi, la loi, c'est la loi à Ottawa !

Cet accident illustre une nouvelle fois à quel point la cohabitation entre les différents usagers de la route demeure un défi de tous les instants au centre-ville d'Ottawa.

Un cycliste s'est fait percuter par une voiture... (Capture d'écran, Youtube) - image 2.0

Agrandir

Un cycliste s'est fait percuter par une voiture après avoir brûler un feu rouge, dimanche dernier.

Capture d'écran, Youtube

Les piétons se plaignent des vélos qui roulent sur leurs trottoirs. Les cyclistes pestent contre les automobilistes qui leur coupent la route. Et les automobilistes s'emportent contre les piétons et les cyclistes qui sont dans leur chemin !

Ajoutez à cela que la congestion semble pire que jamais à cause des travaux. Les automobilistes deviennent impatients à force de se retrouver coincés dans les bouchons. ll y a aussi de plus en plus de monde au centre-ville, avec ces tours à condos qui lèvent partout.

Il en résulte une grande impatience sur les routes et les différents usagers manquent de tolérance les uns envers les autres... pour ne pas dire de courtoisie !

« Et il me semble que c'est pire depuis quelques années », constatait mardi le constable Sean Ralph de la police d'Ottawa en observant d'un oeil vigilant la circulation au coin des rues Elgin et Laurier.

Quatre jours après l'accident de vélo devenu viral sur le Net, la police d'Ottawa menait mardi une opération de surveillance à cette intersection, l'une des plus achalandées du centre-ville d'Ottawa.

Matin et soir, des milliers de véhicules, de même que des centaines de piétons et de cyclistes y circulent dans un infernal chassé-croisé.

Même si la piste cyclable est peinte en verte, même si les passages piétonniers sont clairement délimités, il s'en trouve toujours un pour empiéter sur le territoire de l'autre ou pour brûler un feu rouge...

Habillé en civil, un walkie-talkie à la main, le constable Ralph devait signaler les infractions commises sous ses yeux à des collègues en uniformes postés un peu plus loin.

Juste devant nous, un cycliste en bedaine a brûlé le feu rouge pour s'avancer au milieu de l'intersection... avant de forcer sa route entre deux rangées de voitures de l'autre côté.

En quelques secondes, il venait de commettre de dangereuses infractions pouvant lui valoir près de 1000 $ d'amendes. « Et c'est ce qui va lui arriver s'il fait de l'attitude à mes collègues », a prédit le constable Ralph, tout en signalant l'infraction par radio.

L'instant d'après, c'est un automobiliste qui a viré à droite au feu rouge sans s'immobiliser. Puis un piéton a traversé en courant au feu rouge, laissant sa conjointe plantée sur le terre-plein central, chargée des deux cafés qu'ils venaient de s'acheter au Starbuck's. La dame a regardé le monsieur l'air de dire: t'aurais pu m'attendre, grand innocent...

À mes côtés le constable Ralph se fait philosophe. « Dire que tous ces gens-là, quand ils se rencontrent à l'épicerie, sont courtois et polis. T'accroches quelqu'un avec ton panier au supermarché, tu t'excuses gros comme le bras. Mais ces mêmes gens-là, quand ils se retrouvent seuls dans l'habitacle de leur voiture, ça envoie promener tout le monde. C'est absurde quand on y pense. »

La plupart des infractions sont commises quand le feu est sur le point de tourner au rouge. Alors les gens sont tentés de précipiter leurs gestes. C'est là qu'ils commettent des erreurs, constate Rob Wilkinson, coordonnateur du programme de la sécurité des routes à la Ville d'Ottawa.

« C'est pourquoi on invite les usagers de la route à se respecter mutuellement et à faire preuve de patience », dit-il.

« De toute manière, un cycliste ou un piéton ne gagnera pas contre une voiture de 2000 livres », ajoute le constable Ralph, en signalant un autre cycliste qui venait de brûler un feu rouge. Non... à moins d'être formidablement chanceux, ai-je songé, en repensant au miraculé de la vidéo virale.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer