Rassurez-nous, M. le maire

Le maire de Gatineau Maxime Pedneaud-Jobin aurait dû... (Patrick Woodbury, archives Le Droit)

Agrandir

Le maire de Gatineau Maxime Pedneaud-Jobin aurait dû réagir plus vite au meurtre de Thérèse Gauvreau.

Patrick Woodbury, archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / Les policiers de Gatineau ont mis 30 longues minutes à répondre à un appel d'urgence la semaine dernière, laissant le temps à un jeune homme perturbé de battre à mort une pauvre dame de 83 ans...

Trente minutes pour répondre à un appel, c'est une éternité pour un service 9-1-1. Le plus troublant dans cette affaire, c'est pourtant la lenteur des autorités à fournir des explications en lien avec ce drame d'une tristesse sans nom, qui choque et inquiète la population.

C'est le job d'un maire de «sentir» le pouls des citoyens, de connaître la nature des conversations chez le barbier du coin ou, désormais, sur les réseaux sociaux. À en juger par sa lenteur à réagir, le maire Maxime Pedneaud-Jobin n'a pas saisi l'ampleur du choc causé par la mort de Thérèse Gauvreau, une dame connue et appréciée de sa communauté.

S'il avait été plus à l'écoute, le maire Maxime Pedneaud-Jobin n'aurait pas mis cinq jours avant de réagir comme il l'a fait lundi, en publiant un froid et laconique communiqué de presse pour offrir ses condoléances à la famille éprouvée, tout en disant attendre la fin de l'enquête avant de réagir plus avant.

C'est comme si le maire, tout à ses échanges des derniers jours avec les maires des grandes villes canadiennes, n'avait pas compris que ce meurtre n'était pas un meurtre comme les autres. Et que la population avait besoin d'être rassurée, et vite, sur la capacité de son service de police à assurer sa protection.

Comme citoyen, on finit par s'habituer aux fusillades et aux meurtres entre gangs de rue. Même s'il y a toujours le risque d'une balle perdue, on ne se sent pas directement menacé par ces affrontements anonymes entre bandes criminalisées. Alors qu'une dame âgée qui se fait attaquer sur son balcon par un fou furieux, ça nous touche directement. Ça fait peur. Surtout quand on apprend que la police, censée protéger le citoyen, a été incapable de dépêcher un patrouilleur sur les lieux avant 30 interminables minutes.

On nous dit que le 9-1-1 reçoit 70 000 appels par année. Je veux bien qu'il ne soit pas facile de démêler les appels sérieux des appels farfelus. Mais quand la police nous dit que tous les véhicules de police étaient occupés au moment du drame, c'est difficile à avaler. Si c'était le cas, pourquoi ne pas avoir demandé l'intervention des policiers d'Ottawa ou de la MRC-des-Collines? À moins que ce soit le répartiteur du 9-1-1 qui n'ait pas pris l'appel d'urgence suffisamment au sérieux?

Pour le moment, tout ce qu'on sait de façon certaine, c'est que Mme Gauvreau a eu le temps de se faire tuer dix fois avant que la police n'intervienne.

Le maire Pedneaud-Jobin, ou le chef de police, aurait dû réagir plus rapidement pour rassurer une population inquiète à juste titre. Pas besoin d'avoir réponse à toutes les questions. Il leur aurait suffi d'exprimer leur inquiétude et à s'engager à faire toute la lumière sur les délais d'intervention.

Le maire a manqué une belle occasion de se bâtir du capital de sympathie auprès de la population. La nature ayant horreur du vide, c'est la conseillère Louise Boudrias qui a rempli ce rôle en réclamant une enquête indépendante. L'idée mérite d'être explorée, même si on peut se demander qui est le mieux placé pour réaliser une telle enquête.

Le rôle du Bureau des enquêtes indépendantes est surtout de déterminer s'il y a matière à déposer des accusations contre des policiers lorsqu'une intervention a mal tourné. Alors qu'ici, le problème semble être plus à la centrale de répartition. 

L'autre aspect à approfondir, c'est le fait que le tueur présumé avait des problèmes de santé mentale. J'ai obtenu confirmation qu'il recevait des services de la part de Pierre-Janet. Qu'est-ce qu'il faisait dans la rue s'il souffre de troubles mentaux sévères? Est-ce encore le résultat du manque d'intervenants pour les traiter?

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer