Quelque chose de pourri

Le vétuste aréna Robert-Guertin à Gatineau.... (Simon Séguin-Bertrand)

Agrandir

Le vétuste aréna Robert-Guertin à Gatineau.

Simon Séguin-Bertrand

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

En regardant la vidéo des Sénateurs d'Ottawa sur YouTube, j'ai repensé à cette célèbre citation de Hamlet qui déclare que quelque chose est pourri au royaume du Danemark...

Dans le dossier des arénas, il y a quelque chose de pourri depuis longtemps au royaume de Gatineau. Le plus souvent, c'est de la petite politique qui vient contaminer les efforts pour régler les dossiers à l'approche des élections. Combien de fois l'a-t-on vu dans le dossier de Guertin?

Ainsi en est-il de cette vidéo produite par les Sénateurs pour vanter les mérites de leurs trois Sensplex à Ottawa, une formule de partenariat public-privé qu'ils souhaitent importer à Gatineau. On y voit des joueurs des Sénateurs originaires de l'Outaouais, Jean-Gabriel Pageau et Derick Brassard, vanter la formule des Sensplex. On y entend aussi des représentants du hockey mineur de l'Outaouais témoigner du besoin pressant en matière de nouvelles patinoires à Gatineau.

Jusque là, ça va.

Les arénas municipaux de Gatineau font dur, tellement dur qu'ils sont la risée ailleurs au Québec. C'est devenu gênant d'accueillir des équipes de l'extérieur dans nos vieux arénas qui tombent en ruines. Alors quand les Sénateurs d'Ottawa proposent de bâtir à Gatineau des Sensplex comme ceux qu'ils ont construits dans la capitale fédérale, de l'autre côté de la rivière, c'est en soi une proposition réjouissante. D'autant plus qu'à Ottawa, les Sensplex sont vantés comme un modèle à suivre en matière de partenariat public-privé.

Le problème, c'est la connotation politique de la vidéo des Sénateurs. À la fin, un message invite les Gatinois à communiquer avec leur conseiller municipal. Désolé, mais quand tu exhortes les gens à faire pression en ta faveur auprès des élus, tu poses un geste politique. Et dans ce cas-ci, je dirais même un geste de petite politique.

Parce que mettre de la pression sur un conseil municipal avec une vidéo sur YouTube, ça fait politique de village. C'est une manière pour le moins cavalière de passer ses messages. On s'attend à mieux d'une équipe de hockey professionnelle. D'ailleurs, les Sens n'ont pas usé de ce genre de subterfuges avant de construire leurs trois Sensplex à Ottawa.

D'après ce qu'on m'a dit à son cabinet, le maire Maxime Pedneaud-Jobin n'avait pas été prévenu de l'existence de la vidéo. Pourtant, les occasions n'ont pas manqué de l'en aviser. Le maire a visité les Sensplex d'Ottawa il y a quelques semaines. Le week-end dernier, il était avec des gens des Sénateurs pour l'inauguration d'une patinoire à Gatineau.

À moins que les Sénateurs aient planifié cette campagne sur YouTube parce qu'ils trouvent que la Ville de Gatineau ne les écoute pas?

Qu'on se rappelle que l'administration Pedneaud-Jobin a écarté les Sénateurs pour négocier de gré à gré avec Vision Multisport Outaouais (VMSO) dans le dossier du futur amphithéâtre des Olympiques de Gatineau.

Maintenant qu'on sait que VMSO hériterait de la gestion de trois glaces communautaires en plus du futur aréna des Olympiques, les Sénateurs ont peut-être peur qu'une belle occasion d'affaires leur passe sous le nez.

Faire pression auprès du conseil municipal avec une vidéo sur YouTube n'est pas élégant comme méthode. Mais dans le contexte où la Ville de Gatineau a opté pour un processus pas très transparent, les Sénateurs ont peut-être senti que c'était le meilleur moyen de passer le message qu'ils veulent être eux aussi de la partie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer