Les PME gatinoises ont capté le message

Maxime Pedneaud-Jobin... (Patrick Woodbury, Le Droit)

Agrandir

Maxime Pedneaud-Jobin

Patrick Woodbury, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Ottawa) CHRONIQUE / Ne me dites pas que Gatineau est en train de devenir une véritable ville d'affaires! Depuis le temps qu'on en parle...
En tout cas, Gatineau réalise une spectaculaire remontée dans le palmarès annuel de la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI).

En un an, la métropole de l'Outaouais est passée de la 112e à la 49e place du classement, faisant ainsi mentir sa réputation de «ville d'enfer» pour les entrepreneurs de tout acabit.

Depuis des années, Gatineau traîne une étiquette de ville peu propice aux affaires en raison d'une réglementation trop contraignante et d'une bureaucratie tatillonne.

Or, depuis son arrivée à la mairie en 2013, l'administration du maire Maxime Pedneaud-Jobin a mis en branle des réformes pour corriger le tir.

D'importants changements ont été apportés au service d'urbanisme et au développement économique afin de rendre le climat d'affaires plus favorable à Gatineau.

Pas plus tard que le mois dernier, le maire Pedneaud-Jobin a annoncé en grande pompe la création de ID Gatineau et d'une commission de développement économique pour mieux servir les entrepreneurs.

Quant au service d'urbanisme, il a subi une réorganisation sans précédent depuis la fusion. Tout ça afin de remettre le «client au coeur de ses façons de faire», dixit la grande patronne de l'urbanisme, Catherine Marchand.

Même si les réformes de l'administration Pedneaud-Jobin sont trop récentes pour avoir pu faire une réelle différence sur le terrain, elles cherchaient à envoyer un signal aux entrepreneurs: Gatineau veut vous faciliter la vie.

Ce que nous dit le palmarès de la FCEI, qui se fonde entre autres sur un sondage auprès de ses membres, c'est que les entrepreneurs de Gatineau ont capté le message.

Les PME de Gatineau ont la perception que les choses changent, que le vent est en train de tourner.

Ainsi, le pourcentage d'entrepreneurs qui considère la réglementation municipale comme un problème à Gatineau a chuté de 74 à 60% au cours de la dernière année.

C'est un progrès notable, mais si ça fait encore beaucoup d'entrepreneurs insatisfaits. Tiens, on est loin de Saint-Georges-de Beauce où moins de 40% des propriétaires de PME considèrent la réglementation municipale comme un frein à la bonne marche de leurs affaires...

Mais cette année, Gatineau peut se comparer avantageusement à sa voisine Ottawa. Même si la capitale fédérale ressemble à un immense chantier de construction à ciel ouvert alors qu'elle se prépare à fêter le 150e anniversaire du pays l'an prochain, elle a glissé de la 76e à la 82e place du classement de la FCEI.

Ottawa a beau avoir la réputation de dérouler le tapis rouge aux entrepreneurs, 70% des PME y trouvent la réglementation trop contraignante. C'est plus qu'à Gatineau...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer