Comme à la ferme Moore

Il y a lieu d'être optimiste pour l'avenirdu... (Etienne Ranger, Archives Le Droit)

Agrandir

Il y a lieu d'être optimiste pour l'avenirdu couvent des Servantes de Jésus-Marie si la CCN utilise le site à aussi bon escient que la Ferme Moore (sur la photo).

Etienne Ranger, Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / Souvent, on peste contre la Commission de la capitale nationale (CCN), une institution qui en mène large, trop large parfois, dans la région d'Ottawa-Gatineau.

Mais je pense qu'on peut se réjouir de ce que ce soit la CCN, et non un promoteur privé, qui a fait l'acquisition du couvent des Servantes de Jésus-Marie sur la rue Laurier, à Gatineau.

Voilà plus d'un siècle que les soeurs cloîtrées occupent ce couvent où le pape Jean-Paul II a fait un passage remarqué lors de sa visite au Canada en 1984. L'ancien maire de Hull, Michel Légère, en avait profité pour offrir une bicyclette Bertrand au souverain pontife. Un cadeau que le pape, sans doute peu enclin à la pratique du cyclisme, avait refilé en douce aux petites soeurs...

Même si le couvent n'est protégé par aucune citation officielle, nul doute qu'il fait partie de la petite histoire de l'Outaouais. D'une manière ou d'une autre, il faudra trouver le moyen de respecter l'esprit du lieu une fois que les dernières soeurs auront quitté dans trois ans.

Qui sait ce qu'on pourrait abriter dans le couvent. Une auberge de jeunesse ? Des galeries d'art ? De petites boutiques ? On trouvera bien le moyen d'intégrer le bâtiment aux différents projets qui mijotent pour animer le secteur du parc Jacques-Cartier.

•••

Voilà déjà quelques années que les religieuses cherchaient à vendre leur domaine. La nouvelle de la transaction n'est pas étonnante. Le fait que l'acheteur soit la CCN l'est peut-être un peu plus.

Mais il semble que la congrégation tenait absolument à céder son bien à un acheteur habilité à gérer du patrimoine et des espaces verts. À ce chapitre, la CCN était donc un acheteur tout naturel. D'autant plus que l'organisme fédéral possède les terrains adjacents au couvent. La congrégation aurait même rejeté des offres du privé pour faire de la CCN son seul interlocuteur dans le dossier de la vente.

Au vu de ce que la CCN a fait sur la ferme Moore, un peu plus loin sur le boulevard Taché à Gatineau, il y a lieu d'être optimiste. La CCN a résisté pendant des années aux pressions immobilières pour finalement redonner au public le domaine de la ferme Moore. Elle a investi des millions pour rénover les anciens bâtiments de ferme et réaménager le site. L'endroit est devenu aujourd'hui un joyau de verdure fréquenté par la communauté en plein coeur de Gatineau. 

Même si ça prendra sans doute du temps, comme toujours avec la CCN, il y a tout lieu de croire qu'elle pourrait réussir le même genre de transition avec le domaine des soeurs cloîtrées.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer