Le monde selon Labeaume

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, a dû... (Etienne Ranger, Le Droit)

Agrandir

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, a dû se réjouir de la visite de son homologue de Québec qui n'avait que de bons mots à son égard.

Etienne Ranger, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / À la place de Maxime Pedneaud-Jobin, je m'empresserais de nommer Régis Labeaume membre à vie du parti Action Gatineau...

D'habitude, un politicien en visite se garde une petite gêne en évitant de commenter trop directement les affaires locales. Pas Labeaume.

Au contraire, le maire de Québec ne s'est pas gêné pour lancer des fleurs à son homologue de Gatineau qui lui déroulait le tapis rouge, jeudi, à la Maison du Citoyen.

Avec un franc-parler qu'on n'est pas habitué d'entendre ici, le maire de Québec a donné totalement raison à Pedneaud-Jobin de s'opposer au projet des tours Brigil dans le quartier du musée.

Construire dans le patrimoine, ça ne se fait pas, a tranché le bouillant Labeaume, en ajoutant que le projet de Brigil n'aurait jamais passé le test au conseil municipal de Québec. Tiens toi !

Labeaume a enchaîné en disant qu'un maire a le droit de dire non aux entrepreneurs. Que tout en les respectant, il ne faut pas les laisser faire n'importe quoi sous prétexte qu'ils ont de l'argent. « Sinon, ils vont bâtir partout et ils vont défaire le profil de ta ville », a-t-il insisté auprès de mon collègue Mathieu Bélanger.

Je n'étais pas là au moment de l'entrevue. Mais j'imagine sans peine le sourire fendu jusqu'aux oreilles de Pedneaud-Jobin. En raison de son opposition aux tours Brigil, le maire de Gatineau s'est fait accuser à qui mieux mieux d'être un frein au développement par ses adversaires. Et voilà que Labeaume, sans doute le maire le plus populaire du Québec, vient dire tout haut ce qu'il pense tout bas, en lui donnant raison d'avoir tenu tête à un puissant promoteur.

Pas de doute, la journée commençait superbement bien pour M. Pedneaud-Jobin.

Et c'était pas fini.

Le maire Labeaume, qui a eu l'occasion de côtoyer M. Pedneaud-Jobin lors des négociations entre les villes et le gouvernement du Québec pour le renouvellement du pacte fiscal, assure qu'il a appris à apprécier sa personnalité très différente de la sienne.

Dans le monde selon Labeaume, il y a des pas bons et des bons maires au Québec. Et dans son esprit, M. Pedneaud-Jobin fait clairement partie des bons. « Je ne veux pas me mêler de vos affaires (vraiment, M. Labeaume ?), mais vous devriez garder Maxime. Il n'y en a pas beaucoup des comme ça », a-t-il insisté. Des fleurs, et encore des fleurs ! S'il n'avait pas déjà atteint l'orgasme politique, j'imagine que M. Pedneaud-Jobin ne devait plus en être très loin en prenant connaissance des propos élogieux de M. Labeaume.

La cerise sur le sundae ? À l'émission du midi de Roch Cholette au FM 104,7, Labeaume se fait questionner sur Sylvie Goneau, seule candidate déclarée jusqu'ici à la mairie de Gatineau et qui attaque régulièrement le maire sur son leadership. Et M. Labeaume de répondre : qui ça ?

Certains trouvaient que Maxime Pedneaud-Jobin en faisait peut-être un peu trop en accueillant le maire Labeaume comme un véritable chef d'État. Aujourd'hui, on comprend mieux pourquoi...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer