La méfiance est bien réelle

Si le profilage racial demeure à prouver au... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Si le profilage racial demeure à prouver au sein de la police d'Ottawa, la méfiance de certaines communautés à l'endroit des forces de l'ordre est bien réelle.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / Ainsi, une étude menée par des chercheurs de l'Université York révèle que les jeunes conducteurs noirs ou moyen-orientaux se font arrêter plus souvent que les jeunes blancs lors des contrôles routiers, à Ottawa.

Non seulement ils se font arrêter plus souvent, mais ils se font plus souvent arrêter pour... rien. C'est-à-dire que les policiers qui les interceptent ne déposent aucune accusation contre eux, pas même un avertissement.

Ce sont des chiffres extrêmement troublants, amassés sur une période de deux ans à partir des déclarations des policiers eux-mêmes. Faut-il conclure que la police d'Ottawa s'adonne au profilage racial?

Apparemment non, selon les chercheurs qui refusent de sauter aux conclusions malgré des statistiques qui semblent parler d'elles-mêmes. Avant de se prononcer définitivement, les chercheurs veulent mener... d'autres recherches.

En attendant, les autorités répugnent à aborder ce sujet délicat dans un contexte où des fusillades et des affrontements entre gangs de rue font de nouvelles victimes presque chaque semaine dans la capitale fédérale.

Tout comme le maire d'Ottawa, Jim Watson, le chef de la police d'Ottawa, Charles Bordeleau, demeure prudent dans ses commentaires. Celui-ci admet que ses policiers ont des préjugés, comme le reste de la population, l'important étant qu'ils n'influent pas sur la probité de leur travail.

•••

Le hic, c'est qu'en voulant à tout prix éviter de souffler sur les braises d'un sujet hautement délicat, les autorités risquent de donner l'impression qu'ils refusent d'admettre l'existence d'un problème - d'un problème de perception à tout le moins.

Car si le profilage racial demeure à prouver au sein de la police d'Ottawa, la méfiance de certaines communautés à l'endroit des forces de l'ordre est bien réelle. On a pu le constater quand un jeune Somalien est mort après une intervention policière musclée qui a mal tourné en juillet dernier. Tout de suite, des membres de la communauté noire ont crié au racisme. Même la promesse d'une enquête indépendante sur les circonstances du décès n'a pas suffi à les calmer.

Il est là, le danger. Il ne faudrait pas que la confiance du public envers la police d'Ottawa s'érode à un moment où elle a plus que jamais besoin de la collaboration des communautés pour combattre le phénomène grandissant des gangs de rue.

Peut-être faudrait-il commencer par admettre que le profilage racial n'est pas inoffensif, même si c'est l'impression qu'on peut avoir quand on fait partie de la majorité blanche. C'est loin d'être banal, surtout quand le profilage est le fait des policiers. Se faire arrêter à tout bout de champ, juste parce qu'on est noir et qu'on conduit une voiture de luxe, c'est humiliant et dégradant à l'extrême.

Et puis, il n'est pas acquis que le profilage est une méthode d'enquête efficace. À long terme, c'est même une approche qui mine gravement la confiance de certaines communautés envers la police. Des groupes ont l'impression d'être persécutés plutôt que protégés par les forces de l'ordre. À terme, le profilage en vient même à être perçu comme une incitation au crime par des jeunes désabusés.

De toute manière, qu'on admette ou pas l'existence de profilage à la police d'Ottawa, il reste une réalité bête et crue. Des «minorités racialisées», pour reprendre les termes de l'étude, se font arrêter plus souvent que d'autres. C'est bien assez pour créer un sentiment de méfiance au sein de certaines communautés. Maintenant, il ne faudrait pas que cette méfiance soit accentuée par la réticence des institutions à discuter du problème et à amorcer un processus constructif pour le régler.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer