Que c'est laid

En tirant constamment le niveau de la discussion... (Brennan Linsley, Archives AP)

Agrandir

En tirant constamment le niveau de la discussion vers le bas, Donald Trump a fait cette présidentielle américaine une téléréalité, avec tout ce que ça comporte de mesquineries et de bassesses.

Brennan Linsley, Archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / Vous y comprenez quelque chose, vous?

Je veux dire, Donald Trump n'en est pas à sa première grossièreté sur les femmes.

Il les a traitées de grosses truies, de chiennes, de bonnes à rien et d'animaux dégoûtants, selon une recension du journal Le Figaro.

Pendant les primaires américaines, il a insinué qu'une commentatrice de Fox News était très dure à son endroit parce qu'elle avait ses règles...

Il a dit de sa rivale à l'investiture, Carly Fiorina: «Vous avez vu cette tête? Qui voterait pour ça?»

Il a même associé les infidélités de Bill Clinton aux compétences politiques de Hillary sur Twitter en avril 2015: «Si elle ne peut pas satisfaire son mari, qu'est-ce qui lui fait penser qu'elle pourra satisfaire l'Amérique?»

Et j'en passe, et j'en passe.

Chaque fois, tu te dis: il va se passer quelque chose. La population américaine va se réveiller, la campagne de Trump va déraper, les ténors républicains vont le lâcher...

Tu te dis: c'est impossible que les Américains donnent les rênes de leur pays, la première puissance militaire au monde, la plus grande démocratie sur terre, à un être aussi vulgaire et ignorant.

Mais non.

Chaque fois, Trump continue de surfer sur du populisme à tout crin, à proférer mensonges et énormités sans que cela porte à conséquence sur sa campagne triomphale.

Et juste au moment où tu te fais une raison, où tu te dis que Trump en est rendu au point où il peut se permettre de dire à peu près n'importe quoi en toute impunité, paf, il arrive ce qui arrive en fin de semaine.

Voilà qu'une vidéo ressortie des limbes, où le milliardaire se permet des propos crus et dégradants à l'endroit des femmes, vient l'arrêter net dans son élan vers la présidence.

«Quand t'es une star, elles te laissent faire, se vante Trump sur cette vidéo datant de 2005. Tu peux tout faire. Les attraper par la chatte, tout faire.»

Et là, le tollé, toi.

Comme si, tout d'un coup, cette idée que la richesse et le pouvoir justifiaient tous les excès avait réveillé quelque chose chez nos voisins du Sud.

«Je suis écoeuré par ce que j'ai entendu aujourd'hui», a déclaré l'homme fort du Congrès, Paul Ryan, tandis que de nombreux bonzes et sénateurs du parti républicain retiraient leur appui à Trump.

Bravo.

Il me saute tout de même aux yeux que ce n'est pas Donald Trump menaçant d'emprisonner Hillary Clinton une fois élu président qui a enfin fait réagir l'establishment du parti républicain. Pourtant, ça aussi, c'était du jamais vu lors d'un débat présidentiel aux États-Unis.

Dans la morale rigoriste des républicains, la déclaration passée de Donald Trump sur les femmes, peut-être parce qu'elle était particulièrement vulgaire et répugnante, signalait le franchissement du point de non-retour.

Peut-être aussi que les républicains ont juste saisi la première occasion de se dissocier d'un candidat qui faisait de plus en plus président de république de banane et de moins en moins président américain.

À moins qu'ils aient décidé de battre Donald Trump à son propre jeu. Peut-être qu'ils se sont dit: tu veux jouer dans la boue, mon homme, on est capable d'y jouer nous aussi.

D'ailleurs, des rumeurs circulent sur d'autres déclarations peu amènes que le magnat de l'immobilier aurait tenues durant les 11 saisons où il a animé l'émission de téléréalité The Apprentice.

En tirant constamment le niveau de la discussion vers le bas, c'est ce qu'a fait Trump de cette présidentielle américaine. Une téléréalité avec tout ce que ça comporte de mesquineries et de bassesses.

Que tout ça est laid.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer