Onze ans plus tard

Preuve que cette saga est interminable: j'ai écrit... (Archives, LeDroit)

Agrandir

Preuve que cette saga est interminable: j'ai écrit mon premier article sur le sujet  en 2005, alors qu'Yves Ducharme était encore à la mairie.

Archives, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / C'est drôle comme on finit toujours par revenir au point de départ dans le dossier de l'aréna Robert-Guertin.

J'ai écrit mon tout premier article sur cette interminable saga en juillet 2005, alors que Yves Ducharme était encore à la mairie de Gatineau. Quelques années après la fusion municipale, le sentiment d'appartenance aux ex-villes était encore puissant.

Dans mon papier, j'annonçais que la Ville songeait à déménager le Vieux-Bob, vénérable institution du Vieux-Hull et domicile des Olympiques... dans le secteur Gatineau. Scandale ! À l'époque, c'était l'équivalent d'un crime de lèse-majesté tant les champions de la Coupe Memorial étaient encore associés à l'ex-ville de Hull.

Mon article de 2005 citait la conseillère Denise Laferrière. Avec sa fougue habituelle, elle jurait qu'il faudrait lui « passer sur le corps » avant de déménager Guertin dans le secteur Gatineau...

Bien voilà, mon vieux.

Onze ans plus tard, après avoir examiné toutes sortes de scénarios et dépensé des millions en études, c'est quoi la nouvelle du jour ? Oui monsieur : les Olympiques vont déménager dans le secteur de Gatineau. Sur un terrain vacant juste à côté du centre sportif.

C'est pas un beau retour des choses, ça ?

Quant à la conseillère Laferrière, elle est toujours contre le déménagement de Guertin. Vous auriez dû l'entendre au conseil municipal. Elle était en feu. C'était comme si on abandonnait le centre-ville de Hull au profit du centre-ville de Gatineau...

Bien sûr, ce n'est pas tout à fait un retour à la case départ. Onze ans de débat public, ce n'est jamais perdu. Les mentalités ont évolué. C'est dire, même les Olympiques de Hull - pardon, de Gatineau - semblent à l'aise de déménager leurs pénates dans le secteur Gatineau.

Mardi, on a surtout assisté à une rupture définitive avec la vision de l'ancienne administration. Le maire Marc Bureau voulait que le nouveau Guertin soit à la fois le domicile des Olympiques, une salle de spectacles et une bougie d'allumage pour relancer le centre-ville de Hull. L'administration Pedneaud-Jobin n'a jamais cru au potentiel de Guertin comme catalyseur du centre-ville. Et c'est vrai que Guertin, à lui seul, n'a jamais fait ses preuves comme moteur de revitalisation...

Le choix du secteur de la Cité pour accueillir le nouvel amphithéâtre me semble intéressant. Il y a beaucoup de monde et d'activités commerciales dans le secteur. En ajoutant l'aréna, il y a du potentiel pour recréer un mini parc Lansdowne.

•••

Maintenant, la Ville de Gatineau a décidé de négocier de gré à gré avec Vision Multisports Outaouais, un promoteur qui a gagné ses lettres de noblesse en réalisant le centre Branchaud-Brière dans les échéanciers et les coûts prévus.

La formule a ses avantages dans la mesure où les discussions pour faire aboutir le dossier semblent progresser. Tiens, mardi, on annonçait qu'une entente de principe est intervenue entre VSMO et les Olympiques pour l'utilisation du futur amphithéâtre. C'est bon signe.

Mais le fait que les négociations entre la Ville et son partenaire d'affaires se déroulent à huis clos crée un malaise. En matière d'administration publique, la plus grande transparence possible est de mise.

Plusieurs élus se plaignent de ce que la règle du huis clos les empêche de défendre leurs décisions dans le dossier Guertin. Ils n'ont pas tort.

Pour l'instant, la Ville refuse de divulguer les aspects financiers des négos avec VSMO. Le maire promet de rendre l'entente finale publique à la toute fin du processus.

En attendant, c'est difficile de savoir si les contribuables ont accès à toute l'information pertinente pour se faire une juste idée des enjeux.

Le conseiller Jocelyn Blondin s'est échappé en révélant que le choix du terrain actuel de Guertin aurait coûté moins cher à la Ville qu'un déménagement sur le site de la Cité.

Est-ce une information pertinente pour le citoyen ? Peut-être que oui, peut-être que non. Le malaise vient de là. On ne le sait pas et on ne peut pas le savoir. On n'a plus qu'à espérer que ce conseil sache où il s'en va...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer