Le monde est petit

Michael-Steven, un camelot nouveau genre.... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Michael-Steven, un camelot nouveau genre.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / Bien voilà mon vieux, on m'avait invité jeudi à vendre des journaux de rue en compagnie d'un itinérant de Gatineau.

Il était là qui m'attendait devant le Tigre géant du Vieux-Hull. Un jeune type avec une flamboyante barbe rousse de Viking, une veste orange tout aussi spectaculaire. Et, dessous, un t-shirt noir portant l'inscription: Sons of Anarchy.

Bref, impossible de manquer Michael-Steven, camelot pour Le Portail de l'Outaouais, un nouveau journal de rue de Gatineau qui publie des articles sur l'itinérance depuis décembre dernier.

Michael-Steven avait déjà commencé à intercepter les passants quand je l'ai rejoint sur la rue Eddy. C'était l'heure du dîner. La faune du Vieux-Hull se mêlait aux fonctionnaires en provenance des tours de bureaux voisines.

La plupart d'entre eux passaient leur chemin sans accorder d'attention à Michael-Steven qui continuait à interpeller poliment les passants. «Voulez-vous un journal de rue, monsieur? C'est trois piastres. Non? Bonne journée.»

«Le plus dur, ce sont le deux ou trois premiers refus, m'a-t-il expliqué. Après, ça va tout seul. Il ne faut pas trop s'en faire avec la réaction des gens».

Des journaux de rue, il en existe plusieurs au Québec. Le plus connu est sans doute l'Itinéraire à Montréal. Mais il y en a aussi à Laval, Longueuil, Sherbrooke et Granby.

Des journaux qui parlent d'itinérance, vendus par des itinérants. Le camelot achète ses copies 1,50$, il les revend 3 $ en empochant la différence. L'idée est de les occuper à quelque chose d'utile, de les aider à se reprendre en main. 

Michael-Steven aime la formule, lui qui assure n'avoir jamais quêté de sa vie: «C'est contre mes principes. Je ne suis pas un quêteux. J'aime mieux vendre un journal. C'est un échange. De la business

•••

Dans plusieurs villes du Québec, on avait invité jeudi des personnalités à vendre des journaux de rue avec les camelots. «L'idée, c'était de rétablir les ponts entre deux tranches de la population qui ne se côtoie pas souvent», explique Christian Gosselin, fondateur du Portail de l'Outaouais. À Gatineau, le conseiller Jocelyn Blondin a répondu à l'appel. Il a vendu des journaux devant les Terrasses Chaudières, heureux de contribuer à la cause. 

•••

Après l'heure de pointe du midi, nous sommes allés nous asseoir à l'ombre, Michael-Steven et moi. Jocelyn Blondin lui avait laissé trois cigarettes. Il a hélé un de ses potes qui passait par là. Ils ont allumé deux clopes en silence.

Qu'est-ce que tu fais de tes journées, Michael-Steven?

«Ces jours-ci, j'ai un loyer. Mais seulement pour coucher. Le reste du temps, je me promène. Je suis incapable de rester à la même place, sinon je panique».

À 26 ans, il passe ses journées à errer d'un secteur à l'autre de la ville sur son vélo. Il est très fier de sa bécane qu'il garde à l'oeil en vendant ses journaux. «C'est un Pacific Coast Chopper, un low-rider.» Devant mon air perplexe, il ajoute: «Low-rider... Tu sais, comme une moto?» Non, je ne sais pas. Je suis nul avec les motos.

Les deux copains ont évoqué leur enfance tourmentée. Des enfants de la DPJ, barouettés d'une famille d'accueil à l'autre, puis d'un centre jeunesse à l'autre. C'est pour ça que tu ne peux pas rester en place, Michael-Steven?

C'est son pote qui a répondu: «Tu sais, c'est comme aller se promener dans le bois quand t'es en crisse contre ta blonde. C'est pour se calmer.»

Michael-Steven a acquiescé. 

«À chaque endroit où je vais, je connais du monde. Mais j'ai des problèmes de mémoire. Tu sais, l'expression: le monde est petit? Pour moi, le monde est petit. Je connais tout le monde. Mais si je te vois demain, je ne saurai dire d'où je te connais.»

J'ai sorti 5 $ de ma poche pour lui acheter une revue. «Bien moi, je suis heureux de te connaître. Bonne chance, les boys

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer