Construisez-le et ils viendront

Des centaines de personnes avaient célébré l'ouverture officielle... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Des centaines de personnes avaient célébré l'ouverture officielle du parc Lansdowne, l'été dernier.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / Je sais bien que la nouvelle mouture du parc Lansdowne ne fait pas l'unanimité à Ottawa. Trop commerciale au goût de certains.

Mais il faut reconnaître une chose, la revitalisation du secteur a ramené de la vie sur la rue Bank. Peut-être au détriment d'autres secteurs commerciaux, comme la rue Elgin. C'est la dure loi du marché...

Depuis la rénovation du stade Frank-Clair, je suis allé voir un match du Rouge et Noir et un autre du Fury. J'ai adoré, même si l'équipe locale a essuyé la défaite à deux reprises et que le prix des hot-dogs est scandaleux. Mais bon, on est dehors, la vue est belle et les gens sont de bonne humeur.

Mercredi soir, c'était la première fois que j'allais au parc Lansdowne juste pour boire une bière avec mes potes de squash. Les gars m'ont dit: «Tu vas voir, c'est beau, il y a de bons restaurants, il y a du stationnement souterrain en masse (bien que payant).»

Plutôt que de nourrir un parcomètre, j'ai stationné ma voiture à trois coins de rue du stade et j'ai marché le reste de la distance. Le crépuscule était magnifique. Le soleil couchant se miroitait dans l'eau du canal Rideau. Les deux chasseurs de Pokémon croisés au coin de la rue manquaient un sacré beau spectacle, le nez collé sur leurs téléphones...

Au parc Lansdowne, y avait du monde. C'est beau, c'est neuf. L'aménagement des rues est intéressant avec de grands trottoirs, de vastes terrasses et pas trop de place pour les voitures. Les restos étaient pleins même s'il n'y avait pas de match à l'affiche.

J'ai rejoint mes potes au Joey Lansdowne. C'est bien, mais onéreux. Un de mes amis a trouvé que son (petit) sandwich aux crevettes était excellent, mais trop cher à 20$ l'assiette...

On m'a dit que c'est aussi très bon au Local juste à côté, tout comme au Massey's, avec son concept de cuisine ouverte très tendance. Il y a même un cinéma pour adultes, où il est possible de manger et de consommer de l'alcool tout en regardant le film.

Alors voilà, c'est pour dire qu'il y a eu une grosse levée de boucliers contre ce projet-là. Il y a eu des mouvements citoyens qui voyaient d'un mauvais oeil que le privé mette la main sur le site. La Ville d'Ottawa a pris des risques en négociant avec les promoteurs. On l'a accusée d'agir illégalement, il y a eu des poursuites devant les tribunaux...

Aujourd'hui? Tout ça semble oublié.

Les gens s'entendent pour dire que le parc Lansdowne est vibrant et intéressant. Il favorise les interactions entre les citoyens, il met de la vie dans le quartier.

D'accord, il y a l'aspect commercial qui chicote, le fait aussi que l'endroit n'est pas à la portée de toutes les bourses.

N'empêche que le dicton «build it and they will come» semble avoir fonctionné à merveille ici. Le parc Lansdowne a accueilli environ 2,5 millions de visiteurs en 2015, pour des revenus de 43 millions, en plus de créer un millier d'emplois.

La controverse est oubliée, ce qui ne veut pas dire qu'elle a été inutile. Elle a suscité un débat public qui a conduit la Ville d'Ottawa et les promoteurs à peaufiner le projet pour susciter l'adhésion d'une majorité de citoyens.

Tout cela donne à méditer alors que du côté de Gatineau, on cherche encore à provoquer l'étincelle qui relancera le centre-ville.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer