Une occasion à saisir pour Gatineau

Voilà des années que Gatineau réfléchit à la... (Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit)

Agrandir

Voilà des années que Gatineau réfléchit à la vocation de son centre-ville et au moyen de le faire revivre. Le temps est sans doute venu d'accélérer la réalisation des projets.

Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / Le développement des plaines LeBreton est une formidable occasion à saisir pour donner un nouvel essor au centre-ville de Gatineau.

Du point de vue de Gatineau, toute cette activité économique et sociale qui s'apprête à bouillonner de l'autre côté du pont des Chaudières, à Ottawa, est une excellente nouvelle.

Le vaste terrain où le groupe d'Eugene Melnyk compte bâtir un nouvel amphithéâtre de la LNH et 4000 logements, à Ottawa, est à distance de marche de la rue Montcalm et de la place Aubry à Gatineau.

Vu des airs, le lien naturel entre les deux sites est évident. On pourrait même parler d'une seule et même zone de développement si les deux sites étaient situés dans la même ville.

C'est vrai, la proposition de M. Melnyk était moins flamboyante que celle de son concurrent Devcore/Candarel qui comptait plusieurs attraits touristiques de calibre international.

Mais le projet des Sénateurs a l'avantage d'amener des retombées à court terme dans la région, note Charles Masse, vice-président du groupe Heafey, un important promoteur immobilier présent au centre-ville de Gatineau.

Comme M. Melnyk semble très motivé à construire rapidement un nouvel amphithéâtre de la LNH pour héberger ses Sénateurs, les choses bougeront vite, estime l'homme d'affaires.

À tel point que le Groupe Heafey songe à réajuster sa stratégie au centre-ville de Gatineau. Il compte notamment mettre l'accent sur le développement des phases subséquentes du WE, un projet de 1100 unités. «De nos trois projets au centre-ville, c'est celui qui est situé le plus près des plaines LeBreton», explique M. Masse.

***

À coup sûr, la présence d'un amphithéâtre de la LNH aux plaines LeBreton fera courir les foules. Gatineau devra s'assurer d'être dans le coup pour attirer une partie de l'achalandage de son côté.

L'une des premières étapes sera de soigner la connexion entre les plaines LeBreton et le centre-ville de Gatineau, afin qu'il soit possible de circuler d'un site à l'autre de façon agréable et sans emprunter la voiture.

Or pour l'instant, les infrastructures de transport prévues pour alimenter le site des plaines LeBreton sont davantage tournées vers Ottawa. Pas pour rien que le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, insistait jeudi pour qu'une connexion de transport en commun se fasse le plus rapidement possible vers Gatineau.

Le développement du secteur des Chaudières par le groupe Windmill devrait également favoriser la création d'un lien harmonieux entre les plaines LeBreton et le secteur Hull.

Quant aux marchands du centre-ville de Gatineau, ils devront mettre les bouchées doubles pour offrir une offre commerciale alléchante afin d'attirer leur part d'achalandage. «Ça ne nous donne pas le choix d'être encore plus beaux et séduisants», note Nicolas Cazelais, propriétaire du bistro Gainsbourg, sur la place Aubry.

«Le développement des plaines LeBreton, c'est bon pour la notoriété de notre région, ajoute-t-il. Ça va attirer du monde ici en Outaouais. Ça a une valeur incroyable pour la région d'Ottawa-Gatineau.»

Gatineau n'a pas besoin de tout réinventer pour profiter de l'occasion qui se présente à elle.

Voilà des années qu'elle réfléchit à la vocation de son centre-ville et au moyen de le faire revivre. Le temps est sans doute venu d'accélérer la réalisation des projets. Les importants travaux de réfection qui s'amorceront sous peu dans le secteur de la place Aubry et de la rue Laval arrivent à point.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer