Ce n'est qu'un début...

  • Le projet IllumiNATION LeBreton (Courtoisie)

    Plein écran

    Le projet IllumiNATION LeBreton

    Courtoisie

  • 1 / 6
  • Le projet IllumiNATION LeBreton (Courtoisie)

    Plein écran

    Le projet IllumiNATION LeBreton

    Courtoisie

  • 2 / 6
  • Le projet IllumiNATION LeBreton (Courtoisie)

    Plein écran

    Le projet IllumiNATION LeBreton

    Courtoisie

  • 3 / 6
  • Le projet IllumiNATION LeBreton (Courtoisie)

    Plein écran

    Le projet IllumiNATION LeBreton

    Courtoisie

  • 4 / 6
  • Le projet IllumiNATION LeBreton (Courtoisie)

    Plein écran

    Le projet IllumiNATION LeBreton

    Courtoisie

  • 5 / 6
  • Le projet IllumiNATION LeBreton (Courtoisie)

    Plein écran

    Le projet IllumiNATION LeBreton

    Courtoisie

  • 6 / 6

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / Alors ce n'est qu'un début, cette affaire-là.

Dans l'immédiat, Eugene Melnyk ressemble au gars qui vient de remporter le gros lot. Le propriétaire des Sénateurs dormira d'un sommeil plus paisible maintenant que sa proposition pour développer les plaines LeBreton a été retenue par la Commission de la capitale nationale (CCN).

Avec le plus gros deal, et de loin, de sa carrière d'homme d'affaires, M. Melnyk semblait rassuré quant à l'avenir des Sénateurs dans un futur amphithéâtre au centre-ville d'Ottawa. C'est dire, en conférence de presse, il se disait mieux positionné que jamais pour remporter la Coupe Stanley... alors que son équipe ne fait pas les séries cette année!

Difficile de mettre le doigt sur ce qui a mené le comité d'évaluation de la CCN à donner un meilleur pointage à la proposition de Melnyk plutôt qu'au groupe concurrent Devcore/Canderel, soutenu par les milliardaires montréalais André Desmarais et Guy Laliberté. La CCN n'a pas divulgué le pointage final.

Mais en décryptant les réponses du premier dirigeant Mark Kristmanson, il est clair que la construction d'un amphithéâtre de la Ligue nationale de hockey (LNH) au centre-ville, qui figurait dans les deux propositions en lice, a joué un rôle central dans le choix final.

Sur ce point, Melnyk avait un avantage indéniable sur son concurrent. 

Non seulement il propose de construire un nouvel amphithéâtre plus rapidement, il détient déjà une équipe professionnelle à mettre dedans. Pour la CCN, choisir Melnyk apparaissait comme un choix nettement moins risqué.

La proposition de Devcore/Canderel était plus spectaculaire et plus audacieuse que celle de Melnyk. Outre un amphithéâtre de LNH, on proposait un musée de l'auto, un aquarium, un planétarium et un auditorium extérieur de 6000 places.

Mais la «viabilité financière» de ces projets phares, quelque peu déconnectés de la réalité des gens d'Ottawa, n'a pas convaincu le comité d'évaluation de la CCN malgré la présence de richissimes hommes d'affaires dans le consortium.

L'autre point qui a peut-être joué en faveur de Melnyk, c'est qu'il s'est associé avec des partenaires locaux comme Brigil et Windmill pour monter son projet IllumiNATION LeBreton. 

***

Alors les jeux semblent faits, mais rien n'est joué encore.

Pas pour rien que la CCN, même si elle négociera avec Melnyk d'abord, n'a pas fermé la porte à la bande de Devcore/Canderel. Questionné sur son montage financier en janvier, M. Melnyk a admis lui-même qu'il était... compliqué. 

Le gigantisme même du projet - on parle d'investissements d'au moins cinq milliards sur un immense terrain de 53 acres - est aussi un élément d'incertitude. Toute la question de la décontamination demeure entière et on sait qu'elle peut s'avérer remplie de surprises.

Ce n'est donc qu'un début, et c'est très bien ainsi. Parce que ce n'est pas tout le monde, parmi la population d'Ottawa, qui voyait d'un bon oeil l'arrivée d'un amphithéâtre de la LNH aux plaines LeBreton.

Lors des très courues consultations sur l'avenir des terrains, plusieurs ont suggéré de leur donner une vocation plus internationale. On suggérait d'y installer un musée prestigieux, un genre de Guggenheim du Nord. À l'inverse, certains voulaient qu'on en fasse un quartier plus local.

Bref, les négociations à venir entre la CCN et le groupe de M. Melnyk, de même qu'avec la Ville d'Ottawa, permettront de peaufiner le projet et d'y ajouter des éléments de nature à le rendre encore plus consensuel.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer