Trudeau change la donne

Les libéraux de Justin Trudeau refusent eux aussi... (Codie McLachlan, PC)

Agrandir

Les libéraux de Justin Trudeau refusent eux aussi de financer des amphithéâtres pour le hockey professionnel. À une différence près: le hockey junior n'est plus considéré comme du sport professionnel.

Codie McLachlan, PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / Maintenant que le fédéral est de nouveau prêt à financer des projets d'aréna pour le hockey junior, assistera-t-on à un rebrassage de cartes dans le dossier Guertin à Gatineau?

J'ai bien peur que oui. Encore une fois!

Sous Stephen Harper, le gouvernement fédéral refusait de financer la construction d'amphithéâtres destinés au sport professionnel. À Gatineau, le veto des conservateurs avait forcé le maire Marc Bureau à planifier le remplacement de l'aréna Guertin avec le gouvernement du Québec comme seul partenaire, en 2011.

L'élection de Justin Trudeau vient de changer la donne. Les libéraux refusent eux aussi de financer des amphithéâtres pour le hockey professionnel. À une différence près: le hockey junior n'est plus considéré comme du sport professionnel...

La possibilité que le gouvernement Trudeau puisse payer sa part d'un futur amphithéâtre à Gatineau redevient donc bien réelle. Maintenant, est-ce qu'Ottawa financerait le tiers du projet? La moitié? Faudrait voir.

Chose certaine, un monde de nouvelles possibilités s'offre au conseil municipal.

Rappelez-vous, c'est l'onéreuse facture de 75 millions associée au projet de centre multifonctionnel qui a fait reculer le conseil municipal en juin 2015.

Gatineau trouvait trop risqué d'assumer seule les deux tiers de la facture. Est-ce que son évaluation changerait advenant que le fédéral se joigne comme troisième partenaire?

Même si tout le monde a hâte de tourner la page sur la saga Guertin, le maire Maxime Pedneaud-Jobin et les élus municipaux n'auront guère le choix d'examiner de près une possible contribution fédérale.

***

En même temps, un retour en arrière apparaît hautement improbable.

D'abord, parce que la Ville de Gatineau a pris une tout autre tangente depuis que le projet de 75 millions est mort et enterré.

Elle travaille maintenant sur deux projets d'arénas en collaboration avec le secteur privé. Même si les tractations avec les deux partenaires impliqués - les Sénateurs d'Ottawa et Vision Multisports Outaouais - demeurent discrètes, on sait qu'il est désormais question de bâtir des complexes multiglaces plutôt qu'un seul grand amphithéâtre de 4000 places.

L'idée est non seulement d'offrir un nouveau toit aux Olympiques de Gatineau, mais de remédier du même coup au vieillissement des arénas municipaux.

Le ou les nouveaux projets seraient très avancés, et même en phase d'examen à Québec, rendant peu réaliste un retour au projet de 75 millions.

L'autre facteur qui rend peu crédible un retour en arrière est de nature politique.

Les députés libéraux fédéraux de l'Outaouais ont fait campagne sur la nécessité de financer les infrastructures de base dans la région. 

Et par là, on entend les routes, les usines d'eau, les égouts, les aqueducs...

Si la Ville de Gatineau devait changer son fusil d'épaule et plutôt réclamer de l'argent pour un nouvel amphithéâtre, on peut imaginer le malaise, voire les frictions, que cela causerait avec la députation fédérale.

Mais il ne faut jurer de rien. La saga Guertin s'est avérée une boîte à surprises depuis 10 ans. À moins de deux ans des élections municipales, il suffirait d'un rien pour que le dossier se politise à nouveau, laissant place à des scénarios imprévus.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer