Justice sous pression

Pour certains, l'acquittement de Ghomeshi est la preuve... (Frank Gunn, PC)

Agrandir

Pour certains, l'acquittement de Ghomeshi est la preuve que notre système de justice est impuissant à faire condamner les agresseurs sexuels. À en juger par le faible nombre de plaintes pour agressions sexuelles qui se soldent par une condamnation, il y a certainement lieu de faire une réflexion là-dessus.

Frank Gunn, PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / Alors, on peut bien se désoler du travail bâclé de la Couronne et des enquêteurs de la police de Toronto, qui n'ont pas su monter une preuve hors de tout doute raisonnable contre Jian Ghomeshi.

Mais avant de crier au scandale et de remettre en question la probité de notre système de justice, il faudrait peut-être rappeler une évidence. En ne disant pas la vérité, et rien que la vérité, les présumées victimes de l'ancien animateur-vedette de la CBC ont torpillé leur propre cause. 

À partir du moment où des victimes se contredisent, manipulent les faits, voire se parjurent devant la Cour, elles soulèvent un tas de doutes raisonnables sur leur crédibilité. C'est vrai pour tous les procès, pas seulement pour ceux qui portent sur des agressions sexuelles.

Et c'est encore plus vrai dans un procès sans preuve matérielle, sans témoin pour corroborer vos dires et portant de surcroît sur des événements remontant à plus d'une douzaine d'années.

Dans ce procès où c'était essentiellement la parole de Ghomeshi contre la leur, les présumées victimes se devaient de présenter un témoignage cohérent et sans la moindre faille pour espérer une condamnation.

Or, au fil des procédures, on a vu qu'aucune des victimes n'avait livré une version des faits véridique et complète dans les différentes déclarations faites aux médias, à la police, à la Couronne, puis à la Cour... dans cet ordre, ce qui en dit long sur l'hypermédiatisation de ce procès hors norme.

On peut bien trouver que Ghomeshi est un prédateur sexuel de la pire espèce et croire en notre for intérieur qu'il est coupable, ça ne fait pas de différence. Il jouit de la présomption d'innocence, comme tout le monde.

Dans notre système de justice, il ne suffit pas de croire que quelqu'un est coupable pour le foutre en prison. Il faut encore le prouver hors de tout doute raisonnable.

Le juge William Hopkins n'avait pas le choix d'acquitter Ghomeshi. Même si les femmes ont peut-être dit la vérité sur leur agression.

***

Pour certains, l'acquittement de Ghomeshi est la preuve que notre système de justice est impuissant à faire condamner les agresseurs sexuels.

À en juger par le faible nombre de plaintes pour agressions sexuelles qui se soldent par une condamnation, il y a certainement lieu de faire une réflexion là-dessus.

Tout comme on aurait intérêt à mieux comprendre pourquoi une femme traumatisée cherche à revoir son agresseur - un cercle vicieux qui défie la logique, mais qui serait plus courant qu'on ne le pense.

Déjà, on s'inquiète de ce que la décision du juge Hopkins décourage les femmes de dénoncer la violence dont elles sont victimes.

C'est une crainte tout à fait légitime et sans doute fondée. Mais ce serait dommage que les femmes en arrivent à cette conclusion tellement le procès Ghomeshi sort de la norme. 

Plus que l'impuissance d'un système à condamner des agresseurs, le procès de l'ex-animateur illustre surtout les risques de dérapage quand la justice est mise sous pression par un climat de surexcitation médiatique et de lynchage public.

Pressées de partout, la Couronne et la police de Toronto ont fait un travail bâclé. Ils ont voulu aller trop vite à procès sans s'assurer d'avoir une preuve béton pour passer le test du doute raisonnable.

C'est un rappel que la justice suit mieux son cours lorsqu'elle travaille sans précipitation et à l'abri de toute pression extérieure. 

Espérons que la leçon aura porté à temps pour l'ouverture d'un second procès impliquant une autre présumée victime de Jian Ghomeshi dans quelques semaines.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer