Encore loin d'être rassembleur

Gilles Desjardins ne convaincra pas la population d'appuyer... (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Gilles Desjardins ne convaincra pas la population d'appuyer son projet uniquement en faisant miroiter la création d'emplois, de nouveaux revenus pour la Ville et une architecture spectaculaire.

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / Place des peuples est encore loin d'être le grand projet rassembleur que le patron de Brigil souhaite léguer à la population de Gatineau.

À part cette interminable saga entourant l'aréna Guertin à Gatineau, je ne me rappelle pas un dossier récent qui a soulevé les passions comme celui des deux tours de Gilles Desjardins.

C'est ce qu'on appelle en anglais un wedge issue, un enjeu qui divise profondément la population. Le sondage LeDroit/104,7 FM portant sur cette question en est la preuve éloquente.

En général, les gens sont viscéralement pour ou viscéralement contre la Place des peuples. Le dossier est très polarisé et ne laisse personne indifférent.

Et c'est normal, étant donné qu'un projet de cette ampleur a le potentiel de changer non seulement le visage de Gatineau, mais aussi celui de la capitale fédérale.

Notre sondage traduit parfaitement cette ambivalence de la population envers le projet de Gilles Desjardins. La moitié des répondants est en accord, un peu moins de l'autre moitié est en désaccord.

On constate cependant un changement de mentalité au cours des derniers mois. La résistance s'est amoindrie face au projet à mesure que des ajustements étaient apportés par Brigil.

Mais pour reprendre un terme tiré du jargon des urbanistes, l'«acceptabilité sociale» de Place des peuples n'est pas chose acquise. Loin de là.

Le projet doit encore mûrir et sans doute se transformer d'une façon ou d'une autre pour rallier une majorité de Gatinois.

C'est devenu une évidence, Gilles Desjardins ne convaincra pas la population d'appuyer son projet uniquement en faisant miroiter la création d'emplois, de nouveaux revenus pour la Ville et une architecture spectaculaire.

Il lui faudra trouver le moyen de concilier sa proposition avec la volonté de bien des Gatinois de vivre dans un centre-ville plus densément peuplé, mais qui demeure tout de même à «échelle humaine». 

Après tout, le quartier du Plateau Mont-Royal à Montréal figure parmi les plus densément peuplés au Canada, même si on n'y trouve aucune tour en hauteur. 

Même l'argument «touristique» ne suffira pas. C'est vrai qu'un poste d'observation au sommet de la plus haute des deux tours attirerait les touristes qui visitent le Musée canadien de l'histoire juste en face.

Mais le véritable enjeu pour les Gatinois, c'est de faire pénétrer ces mêmes touristes à l'intérieur du centre-ville. Jusqu'à maintenant, il n'est pas clair que le projet de Brigil réussirait à lui seul à accomplir ce tour de force.

Bref, il reste encore du travail à faire avant que ce projet n'atteigne la maturité - à moins qu'il soit tout simplement trop ambitieux dans le contexte d'un centre-ville en dormance comme celui de Gatineau.

Après avoir été sous le feu des projecteurs pendant une bonne partie de l'automne, le projet de Brigil est retombé dans l'ombre ces derniers temps.

Le maire Maxime Pedneaud-Jobin et Gilles Desjardins semblent avoir conclu une trêve. Depuis un certain temps, ils discutent en privé. De quoi au juste? On l'ignore.

On sait que le maire n'est pas totalement contre le projet de Brigil, mais qu'il aimerait mieux le voir ailleurs.

Aux plaines LeBreton peut-être, comme 33% des répondants à notre sondage? 

Quant à Gilles Desjardins, il ne le voit nulle part ailleurs que devant le Musée canadien de l'histoire.

À partir de leurs deux positions bien campées, les deux hommes trouveront-ils le moyen de relancer le débat sur une base plus rassembleuse?

Partager

À lire aussi

  • Le projet Place des peuples divise

    Ville de Gatineau

    Le projet Place des peuples divise

    Le projet Place des peuples continue de diviser profondément la population, alors qu'un Gatinois sur deux se dit favorable à la construction d'une... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer