Deux villes, deux mondes

La comparaison Ottawa-Gatineau devient encore plus outrageuse quand... (Photomontage LeDroit)

Agrandir

La comparaison Ottawa-Gatineau devient encore plus outrageuse quand on met dans la balance les deux immenses projets pour faire renaître les plaines LeBreton.

Photomontage LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / Pendant qu'Ottawa se fait toute belle pour les célébrations du 150e de la Confédération en 2017, Gatineau donne l'impression de dormir au gaz de l'autre côté de la rivière.

Toute comparaison entre les deux villes est souvent injuste tellement elles sont différentes en terme de démographie, de poids politique et de puissance économique.

Mais il devient impossible d'éviter les comparaisons quand un événement réunit au même endroit les maires des deux villes et le gratin des gens d'affaires.

C'était le cas, jeudi midi, alors que le Regroupement des gens d'affaires de la capitale nationale tenait un dîner-causerie à Gatineau.

Le thème du jour: les grands projets en cours dans la région.

Et c'est là que la comparaison fait mal à Gatineau.

Pendant que les projets d'envergure se multiplient dans la capitale du pays, le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, se fait reprocher son inaction par ses adversaires.

***

Devant les gens d'affaires, le maire Jim Watson s'en est donné à coeur joie.

Il s'est targué de ce que la réfection du parc Lansdowne a régénéré tout un quartier, fait renaître deux équipes de sport professionnel (le Fury et le Rouge et Noir) et déjà attiré 2 millions de visiteurs. Pendant ce temps à Gatineau, le dossier de l'aréna Guertin branle dans le manche.

Mais ce qui fait saliver le maire Watson, c'est la visibilité que le 150e anniversaire du pays donnera à la capitale, en 2017. Il prévoit attirer 10 millions de visiteurs en provenance du Canada et de l'étranger.

Pas pour rien que le comité Ottawa 2017 met le paquet. Ces jours-ci, il fait pratiquement une annonce par semaine en vue de grandes célébrations. On sait qu'Ottawa accueillera les Juno l'an prochain, de même que le Red Bull Crashed Ice. Il se pourrait bien que la capitale reçoive la finale de la Coupe Grey et un match extérieur de la LNH.

Dans la capitale fédérale, l'effervescence a gagné le secteur hôtelier.

Le maire Watson se réjouit de ce que 800 nouvelles chambres d'hôtel s'ajouteront à l'offre actuelle. Pas seulement au centre-ville, mais également dans le secteur de l'aéroport et près du parc technologique, à Kanata. Pendant ce temps à Gatineau, on attend toujours que Patrimoine canadien daigne financer les Mosaïcultures, le seul projet mis de l'avant pour profiter de la manne fédérale du 150e.

La comparaison Ottawa-Gatineau devient encore plus outrageuse quand on met dans la balance les immenses projets pour faire renaître les plaines LeBreton, à deux pas du centre-ville de Gatineau. Et c'est sans compter la construction de la ligne de la Confédération du train léger, l'ouverture prochaine d'un centre d'innovation dans les cours Bayview, les investissements à la Cour des arts et à la Nouvelle Scène au centre-ville d'Ottawa, les 360 millions investis par le privé dans le Centre Rideau...

Ça bouge partout à Ottawa.

Devant les gens d'affaires, Maxime Pedneaud-Jobin a d'abord voulu se faire rassurant. L'arrestation du directeur du CLD, Michel Plouffe, ne compromet pas les activités économiques de Gatineau, a-t-il assuré. Pas très enthousiasmant comme entrée en matière.

Tout n'est pas noir. Côté grands projets, on coupera bientôt le ruban sur la rue Jacques-Cartier, revitalisée pour 42 millions $. La Société de transport de l'Outaouais ouvrira un garage de 75 millions $ dans l'est. Au centre-ville, le spectacle Agwàtà et la patinoire de la Brasserie ont rameuté 60 000 visiteurs de plus depuis deux ans.

Autre signe encourageant, le secteur privé démontre une volonté d'investir au centre-ville. Le maire Pedneaud-Jobin a souligné le projet Zibi, près des chutes Chaudières. Mais aussi les deux tours de Brigil, ce qui est moins dans ses habitudes.

Il n'a peut-être plus les moyens de faire la fine bouche.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer