Au-delà du conte de Noël

Le ministre de l'Immigration John McCallum (à droite)... (AP, Bilal Hussein)

Agrandir

Le ministre de l'Immigration John McCallum (à droite) a profité, la semaine dernière, de sa visite dans un camp de réfugiés dans la ville de Ghaziyeh, au Liban, pour jaser avec une famille syrienne.

AP, Bilal Hussein

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / L'histoire a toutes les apparences d'un conte de Noël, mais elle soulève quand même plusieurs questions sur le fonctionnement de notre système d'immigration au Canada.

À la veille du Réveillon, le nouveau ministre de l'Immigration, John McCallum, est intervenu personnellement pour qu'un garçon de quatre ans, séparé depuis l'âge de trois ans de ses parents, puisse venir les rejoindre à Ottawa.

En moins de 24 heures, le ministre McCallum a fait ce que ses prédécesseurs conservateurs ont refusé de faire pendant les trois dernières années : permettre au petit Daksh Sood de quitter l'Inde où il vit avec ses grands-parents pour venir habiter avec ses parents, tous deux résidents permanents au Canada.

Là où l'affaire a pris des allures de conte de Noël, c'est quand le ministre lui-même a téléphoné à la mère de l'enfant, mercredi, pour lui annoncer la bonne nouvelle. Bhavna Bajaj n'en croyait pas ses oreilles. Après toutes ces années à se battre pour réunifier sa famille, le ministre lui-même lui annonce qu'elle obtient gain de cause. «Notre famille sera enfin réunie. C'est merveilleux! C'est le plus beau cadeau de Noël que je pouvais espérer», raconte-t-elle.

***

D'ici une dizaine de jours, le petit Daksh sera donc au Canada avec ses parents. Pour Bhavna Bajaj et son mari Aman Sood, l'intervention du ministre a mis fin à une bataille cauchemardesque avec Immigration Canada.

Daksh Sood était âgé d'un an lorsque les autorités fédérales lui ont refusé l'entrée au pays avec ses parents sous prétexte que la mère avait violé la loi. Elle a omis de préciser qu'elle était enceinte dans sa demande de résidence permanente. La mère a plaidé une erreur commise de bonne foi, sous la pression d'un consultant en immigration en Inde.

Les parents ont repris espoir avec l'élection de Justin Trudeau, qui promettait de prioriser la réunification des familles comme la leur. Mardi dernier, Mme Bajaj et un groupe de partisans se sont présentés devant le bureau du premier ministre, à Ottawa, pour déposer une pétition de 12 000 noms. Comme la sécurité les forçait à rebrousser chemin, ils se sont dirigés vers les bureaux d'Immigration Canada.

Coup de chance incroyable, le ministre de l'Immigration lui-même était là, dehors, en train de griller une cigarette. Mme Bajaj a sauté sur l'occasion de plaider sa cause. Très affable, M. McCallum l'a écoutée. Il lui a promis de se renseigner sur son cas.

Moins de 24 heures plus tard, elle recevait l'appel du ministre. C'était réglé.

***

Je pense que le ministre McCallum n'avait guère le choix d'intervenir comme il l'a fait. À partir du moment où son gouvernement s'engage à être une terre d'accueil pour les immigrants et à réunifier des familles, il se devait d'accéder à la demande de la famille Sood.

Maintenant, je vois mal le ministre régler un à un les dossiers laissés en plan par ses prédécesseurs en usant chaque fois de son pouvoir discrétionnaire. Surtout qu'il y aurait plusieurs dossiers similaires à celui des Sood chez Immigration Canada.

Le couple Sood a lui-même milité pour faire changer les lois canadiennes en constatant que leurs efforts pour réunifier leur famille pour des motifs humanitaires et de compassion se butaient à une fin de non-recevoir. Il s'en trouve pour dire que le système actuel donne trop de pouvoirs arbitraires aux agents d'immigration.

Dans le cas du petit Daksh Sood, il a fallu la compassion d'un ministre pour suppléer au manque de compassion du système. Il y a des questions à se poser à partir de là. Toutes les mères n'auront pas la chance de plaider leur cause durant la pause cigarette du ministre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer