Retour sur terre

Justin Trudeau a peut-être rogné sur la rigueur... (Darren Calabrese, Archives PC)

Agrandir

Justin Trudeau a peut-être rogné sur la rigueur et le réalisme de certains de ses engagements afin de se démarquer à tout prix de ses adversaires.

Darren Calabrese, Archives PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / Les promesses et le réalisme budgétaire de Justin Trudeau sont mis à rude épreuve cette semaine.

Le gouvernement libéral admet maintenant que les baisses d'impôt de la classe moyenne ne se feront pas à coût nul comme promis, mais coûteront 1,2 milliard en revenus annuels.

Comment se fait-il que les libéraux, qui prévoyaient taxer les plus riches pour financer leurs baisses d'impôt, n'aient pas prévu que ceux-ci allaient tout faire pour se mettre à l'abri du fisc? Le phénomène n'est pourtant pas nouveau!

Dans la foulée, une autre promesse centrale des libéraux est en train d'en prendre pour son rhume. Trudeau admet maintenant que les «modestes» déficits promis pourraient franchir la barre psychologique des 10 milliards dès l'an prochain.

D'un coup de baguette magique, Trudeau vient de reléguer l'engagement le plus fondamental de sa campagne électorale au simple rang d'«objectif» à atteindre. Et pour justifier ce retrait moins de deux mois après l'élection, les libéraux blâment les conservateurs.

Ils nous ont laissé des «coffres vides», a pleurniché le président du Conseil du Trésor, Scott Brison. On l'a déjà entendue, celle-là.

Le premier ministre est en train de donner raison à ceux qui mettaient en doute le réalisme de son cadre budgétaire durant la campagne électorale.

***

Il est normal qu'un gouvernement se réajuste après l'élection.

Mais depuis le 19 octobre, plusieurs rajustements ont fait tressauter le «Trudeaumètre» qui recense les engagements tenus et non tenus du chef libéral.

Les attentats de Paris semblent avoir réduit son empressement à rapatrier les chasseurs-bombardiers CF-18 qui poursuivent leur mission de combat au Moyen-Orient.

M. Trudeau a aussi reculé sur son projet d'accueillir 25 000 réfugiés syriens d'ici la fin de l'année. Il a rabaissé la barre à 10 000 réfugiés - soit le niveau proposé par son rival néo-démocrate Thomas Mulcair durant la campagne électorale.

«Le lendemain de notre annonce, les libéraux trouvaient que 10 000 ce n'était pas assez, rappelait Thomas Mulcair cette semaine. Ils étaient pour en accueillir 25 000. Nous, on avait dit que c'était totalement irréaliste. Devinez quoi? C'était irréaliste.»

C'est à se demander à quel point M. Trudeau a vogué à vue durant la campagne électorale.

Rappelez-vous cette course extrêmement serrée entre les chefs des trois principaux partis.

Peut-être que M. Trudeau a cédé à la pression de se démarquer à tout prix de ses adversaires - quitte à rogner sur la rigueur et le réalisme de certains de ses engagements.

***

Pendant que les Canadiens voient leur nouveau gouvernement mis rudement à l'épreuve de la réalité, la lune de miel entre Justin Trudeau et les médias étrangers se poursuit.

Après avoir fait la Une du Paris Match et avoir reçu un accueil de rockstar aux Philippines, Justin Trudeau, le «Kennedy canadien», est devenu l'un des rares politiciens à faire la une du magazine de mode féminin Vogue.

Le Canada a de nouveau la cote sur la scène internationale. Il est de retour, tant sur le front de la lutte aux changements climatiques que dans la défense des «valeurs canadiennes» d'accueil, d'ouverture et de gardiennage de la paix.

Le retour du Canada est d'autant plus remarqué qu'il survient en même temps qu'une montée en popularité de l'extrême droite aux États-Unis et en Europe en réaction à la crise des migrants.

Dans ce contexte, Justin Trudeau apparaît comme l'exact opposé de Donald Trump, le fantasque milliardaire candidat à l'investiture républicaine, qui veut interdire aux musulmans le droit d'entrer aux États-Unis.

Pas de doute, le Canada a la cote à l'étranger. Mais n'oublions pas que chez nous aussi, des politiciens ont manigancé pour exploiter la peur de l'autre en leur faveur. Ça a bien failli marcher avec ce débat sur le niqab.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer