Une dose salutaire de peur

Le Canada a promis de redevenir un joueur... (PHOTO ARCHIVES, LA PRESSE)

Agrandir

Le Canada a promis de redevenir un joueur important dans la lutte aux changements climatiques, avec la collaboration des provinces. Et il y a des raisons d'être optimistes, maintenant que la très pétrolière Alberta compte contribuer en instaurant une taxe sur le carbone.

PHOTO ARCHIVES, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE/ Mais où êtes-vous quand c'est le temps d'avoir peur pour vrai?

Les discours populistes qui exploitent la peur à des fins partisanes m'ont toujours ulcéré. Surtout qu'on a eu plus que notre quota, ces derniers temps, avec le débat sur le niqab et la paranoïa sécuritaire autour de la venue des réfugiés syriens.

N'empêche que lorsque je constate l'apathie collective devant la menace des changements climatiques, je me demande s'il ne serait pas temps d'inculquer une petite dose de peur salutaire dans le discours ambiant sur l'environnement.

Vous avez peut-être lu la manchette dans le journal l'autre jour. Les catastrophes climatiques ont fait 600 000 morts en 20 ans, selon un nouveau rapport de l'ONU.

600 000 morts!

L'équivalent de deux fois la population de Gatineau a péri dans des tempêtes et des inondations depuis 1995 à cause de la météo qui se dérègle.

Ça vous émeut?

Pas tant que ça, je sais.

Sûrement pas autant, en tout cas, que ces ours polaires qui maigrissent à vue d'oeil dans le Grand Nord à cause de la fonte des glaciers. C'est tellement cute, un ours polaire.

Nous voici donc terrorisés devant le scénario hautement improbable qu'un ou deux terroristes se dissimulent parmi le flot de réfugiés syriens qui vont bientôt émigrer au Canada.

Alors que devant la certitude quasi absolue, documentée, scientifique que les changements climatiques vont plonger la planète dans le chaos et la mort, on reste... de glace.

Dans quelques jours, le premier ministre Justin Trudeau s'envole pour Paris afin de discuter d'un enjeu d'une importance cruciale pour l'avenir de la planète, mais qui préoccupe encore bien peu la grande majorité des Canadiens.

Le Canada a promis de redevenir un joueur important dans la lutte aux changements climatiques, avec la collaboration des provinces. Et il y a des raisons d'être optimistes, maintenant que la très pétrolière Alberta compte contribuer en instaurant une taxe sur le carbone.

Nous ne sommes pas insensibles à l'avenir de la planète. La plupart d'entre nous se réclameront même de la mouvance écologiste. Quoi, on pose chaque jour de petits gestes pour l'environnement! On va planter un arbre, utiliser du papier recyclé, déposer notre pot de yogourt dans le bac de recyclage.

Mais la vérité, c'est qu'après avoir fait notre petite part, la plupart d'entre nous passent rapidement à autre chose. On prend la deuxième voiture du ménage pour conduire en solo jusqu'au travail, tout en pestant contre le trafic et la dernière hausse des prix de l'essence...

Quelle différence ça ferait, vous pensez, si on avait aussi peur des changements climatiques que des terroristes qui pourraient se glisser dans un flot des réfugiés syriens?

Je lisais un autre récent rapport de l'ONU. On y apprend que les changements climatiques menacent les moyens de subsistance de nombreuses populations du globe.

Des millions de gens doivent fuir ou encore se battre pour survivre dans des régions que le réchauffement planétaire a transformées en désert aride.

Tout ça crée des conflits, des populations qui se déplacent, ça crée des flots de migrants et de réfugiés.

Et là, je sens que ça va vous intéresser: dans le lot, il y a des gens désabusés qui se radicalisent et se tournent vers l'extrémisme.

Voilà, vous avez peur maintenant?

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer