Il ne suffit pas de pleurer

Sur les 12 millions de Syriens touchés par... (AFP)

Agrandir

Sur les 12 millions de Syriens touchés par la guerre civile, quatre seront parrainés par une communauté d'Aylmer.

AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / C'est une pensée qui me donne le vertige.

Imaginez, sur les 12 millions de Syriens affectés par la guerre civile, une petite communauté d'Aylmer a entrepris des démarches pour en parrainer... quatre.

Quatre sur 12 millions.

En regardant les photos de la famille Kassar à la conférence de presse, je ne pouvais m'empêcher de me questionner.

Pourquoi eux?

Par quel extraordinaire coup du destin, le sort de cette famille de Damas, et pas une autre, se trouve aujourd'hui lié à des inconnus de Gatineau qui amassent de l'argent, des meubles, des vêtements pour leur permettre d'immigrer au Canada?

À la conférence de presse qui se tenait à l'église Saint-Paul d'Aylmer, ils avaient affiché les photos de la famille Kassar.

Le père, Samer, est commis-comptable. La mère s'appelle Ruba. Ils ont deux enfants, Amer, 6 ans, et Tia, 2 ans.

On sait très peu de choses d'eux. Sinon qu'un missile a détruit leur maison de Damas. Un autre a pulvérisé la garderie d'Amer. Le petit en aurait gardé des séquelles.

Après l'attaque, le père a été enlevé pendant 10 jours. Sa famille a dû payer une rançon pour le récupérer. Quand ils ont pu, les Kassar ont fui l'horreur des décapitations, des kidnappings et des viols.

Ils se sont retrouvés dans un camp de réfugiés au Liban.

***

Pendant ce temps à l'autre bout du monde, le curé Yves Mayer prononçait un sermon qui allait s'avérer crucial pour l'avenir des Kassar.

Sur le bord d'une autoroute, en Autriche, on venait de retrouver un camion frigorifique rempli de dizaines de cadavres de réfugiés morts par asphyxie.

C'était à la fin du mois d'août, avant que la photo du petit Aylan bouscule la campagne électorale au Canada et éveille l'opinion publique au sort des migrants.

Touché droit au coeur, le curé Mayer a rappelé ce jour-là dans son homélie à l'église Saint-Paul d'Aylmer qu'il fallait venir en aide aux gens dans le besoin.

Le curé Mayer ne se faisait guère d'illusions en disant cela, sachant très bien que ses paroissiens sont déjà sollicités de toutes parts pour faire des dons. Des gens dans le besoin, il y en a partout.

Dans l'auditoire, il s'en est trouvé un pour être touché par son sermon. Après quelques jours de réflexion, Raymond Sabourin a décidé qu'il ferait quelque chose. Sans réaliser dans quoi il s'embarquait.

C'est toute une affaire de remplir les conditions requises pour parrainer une famille de réfugiés même si le contexte est plutôt favorable depuis l'élection de Justin Trudeau.

Avec son comité, Raymond Sabourin a récolté 25 000$ pour subvenir aux besoins de la famille Kassar durant sa première année au Canada. Ils ont remué ciel et terre pour trouver un logement, des vêtements, des meubles...

Le député de Pontiac, André Fortin, et le conseiller municipal Mike Duggan ont contribué chacun 1000$ de leur poche.

Mike Duggan qui explique ainsi sa contribution: «Ce n'est pas assez de regarder la télé et de verser des larmes sur le sort des réfugiés. Il faut faire quelque chose.»

***

Pendant ce temps-là, dans un camp de réfugiés au Liban, quelqu'un approchait la famille Kassar pour les aider à remplir les papiers menant à une demande de parrainage privé au Canada.

L'information s'est retrouvée entre les mains de Fadi Atalla, curé de la paroisse St-Paul des Syriaques d'Ottawa. C'est lui qui a transmis le dossier au groupe de Raymond Sabourin.

C'est ainsi que le sort des Kassar s'est retrouvé intimement lié à une communauté de parfaits inconnus à l'autre bout du monde.

Si tout va bien, les Kassar obtiendront d'ici quelques mois l'autorisation d'émigrer au Canada.

Quatre personnes sur 12 millions...

Le curé Mayer a soupiré. «On ne règle pas le problème. Mais on soulage des gens.»

Partager

À lire aussi

  • La région parraine des réfugiés syriens

    Société

    La région parraine des réfugiés syriens

    Doucement, mais sûrement, les initiatives de parrainage de réfugiés syriens prennent de l'ampleur dans la région. À Aylmer, le prêtre-curé des... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer