L'école de la démocratie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Justin, Justin, Justin...

Ces jeunes filles n'en ont que pour le beau Justin. Dommage pour le chef libéral qu'elles n'aient pas encore l'âge légal de voter.

Les étudiantes du collège privé Saint-Joseph de Gatineau ont participé en grand nombre, mercredi midi, à une simulation de vote dans le cadre des élections fédérales.

Elles ont pris l'exercice au sérieux.

Avant de faire leur choix, elles ont épluché les programmes des partis, écouté les débats des chefs, appris les rudiments de notre système politique...

Et le résultat final est pour le moins étonnant.

Ça surprend d'entendre des jeunes filles de 12, 13, 14 ou 15 ans vous parler avec aplomb des enjeux de la classe moyenne, de la guerre en Syrie et de C-51.

Mais très peu du niqab. Je crois qu'elles s'en fichent, du niqab.

Elles aiment bien Justin Trudeau par contre. Elles apprécient son ton positif, son côté rassembleur, son ouverture à la jeunesse.

Et sa belle gueule, même si elles s'en défendent.

Allez, je sais que vous le trouvez cute, les filles. C'est votre prof qui me l'a dit.

***

Même si rien ne les y obligeait, elles sont venues voter en grand nombre sur l'heure du midi. À la queue leu leu dans leurs petites jupes carreautées.

L'élection n'était que simulée, mais elle avait les apparences d'une vraie. Avec de vraies boîtes de scrutin d'Élections Canada, des scrutatrices et une liste électorale.

Et oui, avant que vous posiez la question, les jeunes filles votaient à visage découvert...

Charlène Grégoire, 15 ans, est la présidente d'école.

Pour elle, voter, c'est honorer le combat des femmes qui se sont battues pour obtenir le droit de vote au Québec. «J'ai voté libéral pour remettre l'économie sur pied, pour redonner de l'argent à la classe moyenne et pour investir dans les infrastructures afin de relancer l'économie», a-t-elle répondu d'une traite.

Quand je vous disais qu'elles ont pris l'exercice au sérieux.

Yasmine Yandouzi, 13 ans, a visionné deux débats des chefs. «J'ai voté libéral. Parce que Justin Trudeau a de bonnes idées. Il veut redonner aux familles les moins nanties.»

Victoria Blouin, 16 ans, a aussi voté pour Justin. «Il représente des valeurs plus modérées, plus canadiennes que Harper et Mulcair», dit-elle.

Justin, Justin, et encore Justin...

«Moi, je trouve que c'est Mulcair qui a le plus d'allure», dit Catherine Grammond du haut de ses 12 ans.

Ah oui? Et Trudeau, tu lui reproches quoi?

«Trudeau n'a pas d'allure. Les libéraux veulent continuer à vendre des armes à l'État islamique...»

Elle voulait dire à l'Arabie Saoudite. Mais j'étais si saisi devant sa vertueuse indignation que je n'ai pas songé à la corriger.

***

Dites-moi, les filles, pour qui vous ne voulez absolument pas voter?

Là-dessus, réponse unanime.

Elles trouvent Stephen Harper trop traditionnel, pas assez pro-environnement, trop axé sur le militaire. «Il a fait son temps. Je pense qu'on devrait imiter les États-Unis. Après deux mandats, allez, c'est assez», dit Sarah-Élizabeth Loyer.

C'est Judith Chouinard, une enseignante d'histoire, qui a organisé le vote simulé avec des collègues. 

Un organisme non partisan, Civix, a fourni les outils pédagogiques et les boîtes de scrutin. Autour de 7500 écoles canadiennes participent cette année au programme de vote étudiant.

On dit que les jeunes s'intéressent peu à la politique. Mais Judith Chouinard a constaté le contraire au Collège Saint-Joseph. «Les étudiantes ont fait preuve d'un enthousiasme insoupçonné», dit-elle.

Paraît que ça a discuté de politique jusque dans les chaumières.

«On voulait vraiment impliquer les parents. 

«Au point que bien des parents vont aller voter cette fois-ci... sous la pression de leurs enfants», raconte-t-elle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer