Le niqab et les Romains

Savez qu'à La Mecque, hommes et femmes ont l'obligation de prier à visage... (Archives, La Presse Canadienne)

Agrandir

Archives, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Savez qu'à La Mecque, hommes et femmes ont l'obligation de prier à visage découvert durant leur pèlerinage? Eh non, tu n'as pas le droit de porter le niqab lors du rituel le plus sacré de l'Islam.

Et ça n'a rien d'étonnant quand tu sais que le niqab, contrairement au voile musulman, n'est pas à proprement parler un vêtement religieux. La pièce de tissu qui a enflammé la campagne fédérale tient plus du vêtement traditionnel que du symbole pieux.

Même parmi les Canadiens de confession musulmane, paraît que ça chuchote au passage d'une femme en niqab. Genre: l'as-tu vue, elle, avec son accoutrement d'une autre époque! Un peu comme si on apercevait un Canadien de souche déambuler avec une chemise carreautée et une ceinture fléchée...

Bien sûr que dans certains pays rigoristes du Moyen-Orient, les femmes portent le niqab pour s'éviter de gros problèmes. Parce que oui, le niqab est aussi ça: une marque d'oppression de la femme en Arabie Saoudite, au Yémen, au Pakistan...

Mais au Canada? Ça reste à démontrer.

***

Le Ottawa Citizen publiait une excellente entrevue ce week-end avec une jeune femme de la région qui a fait le choix, à 19 ans, de porter le niqab - contre l'avis de ses parents et en croyant à tort que c'était une obligation religieuse.

La dame d'origine somalienne a porté le niqab pendant sept ans avant de réaliser que ça ne la rapprochait pas de Dieu. Au contraire, elle a trouvé que c'était plus un «fardeau» qu'autre chose. Manger au resto, avec un voile sur la bouche, a-t-elle noté, ce n'est pas très pratique.

J'en retiens que sa société d'accueil a laissé cette jeune femme libre de vivre sa religion comme elle l'entendait. Et qu'a-t-elle décidé à la fin? De faire comme tout le monde.

De vivre comme les Romains.

***

Quand j'ai osé écrire qu'on pourrait faire preuve de tolérance envers les deux femmes - deux! - qui ont demandé de prêter serment avec leur niqab au Canada, j'ai reçu une tonne de courriels outragés.

À Rome, on fait comme les Romains!, m'a-t-on fait remarquer.

Je prétends justement que la très grande majorité des immigrants ne demandent pas mieux que de faire comme les Romains. Ils n'ont pas fui la pauvreté et l'oppression religieuse pour l'importer au Canada!

Après deux ou trois générations, la plupart des immigrants se sont déjà parfaitement intégrés. Preuve que le Canada est très bien capable de faire face aux niveaux actuels d'immigration et qu'il peut se permettre de faire preuve de tolérance et d'ouverture. 

Ce n'est pas comme si des millions de migrants frappaient à nos frontières comme en Europe.

À force de virer fou avec le niqab et d'y voir une menace contre nos valeurs, un simple bout de tissu est en train de devenir un symbole. Le symbole d'un pays qui se referme sur lui-même.

Le Canada ne serait pas le premier à tomber dans le piège.

En France, l'interdiction de porter le niqab et le voile musulman dans les écoles et dans certains lieux publics s'est traduite par un mouvement de révolte.

Par pur esprit de contradiction, des femmes, pas forcément très pratiquantes, ont troqué le voile musulman pour le niqab.

Il est là, le danger. En réagissant trop fortement à des menaces imaginaires, on risque d'enfanter le monstre qu'on voulait fuir.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer