Un peu de dignité

S'il y a matière à s'insurger dans toute... (Archives, La Presse)

Agrandir

S'il y a matière à s'insurger dans toute cette affaire, c'est contre ceux qui cherchent à faire le plein de votes à même un débat qui carbure à la peur et à l'ignorance.

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Mais qu'est-ce que ça peut bien vous faire, à la fin, qu'elle garde son niqab pour prêter serment?

Deux femmes, deux femmes dans tout le pays, refusent de se découvrir le visage au moment de prêter allégeance au pays.

Et ça vous dérange à ce point-là? Je veux dire, ça vous enlève quoi? Vous êtes plus pauvres? Moins heureux? Ça vous empêche de vaquer à vos activités?

Laissez-moi deviner: vous craignez que si on ne dit rien, on entrouvre une brèche. Qu'on crée un dangereux précédent où s'engouffreront des centaines, que dis-je, des milliers de femmes musulmanes qui arrivent au Canada.

C'est de ça que vous avez peur? Qu'on perde le contrôle? 

Que notre société libre et démocratique devienne la proie de l'obscurantisme religieux?

Comme toujours, la peur est mauvaise conseillère.

On voit le niqab comme un symbole de l'oppression de la femme dans des pays comme l'Arabie saoudite et le Yémen.

Et il y a de cela, bien sûr.

Mais j'ose prétendre qu'il y a une motivation beaucoup plus terre à terre pour porter le niqab à une cérémonie d'assermentation. La force de l'habitude.

Quand une femme a porté toute sa vie un niqab ou un voile, dans un pays où les femmes portent un niqab ou un voile, ça se peut que si on lui demande de le retirer, elle se sente... dénudée.

Et qu'elle dise: je peux-tu le garder?

Ça vous enlève quoi de répondre: ben oui, garde-le donc. Mais tu l'enlèveras quand t'iras voter.

Vous avez vraiment peur de renier vos valeurs identitaires pour si peu?

Pas moi.

Si vous parlez à ceux qui travaillent de près avec les immigrants, ils vous diront que la très grande majorité vient ici pour travailler et pour s'intégrer.

Ils viennent beaucoup pour leurs enfants. Pour leur donner une meilleure éducation et de meilleures perspectives d'avenir.

Et ça fait notre affaire de les accueillir. Le Canada va manquer de main-d'oeuvre avec le vieillissement de la population.

Ils vous diront que, souvent, les premières générations d'immigrants continuent de porter le voile. Mais pas leurs filles qui grandissent ici.

Il faut parfois une génération ou deux pour vaincre la force de l'habitude.

Alors oui, ça se peut que lors de la prestation de serment, il y ait une ou deux femmes qui ne soient pas prêtes à retirer le niqab.

Une ou deux femmes.

Pas cent. Pas mille.

Deux.

***

Si vous vous voulez vous insurger, tournez-vous vers les politiciens qui vous prennent pour des cons.

Des chroniqueurs ont exposé comment les conservateurs de Stephen Harper ont manigancé pour que toute cette affaire de niqab éclate en plein milieu de la campagne électorale. Ils l'ont fait à dessein, par opportunisme politique. Parce qu'ils savaient que ce genre de question controversée était de nature à polariser l'électorat à leur avantage.

Et ils ont très bien réussi leur coup.

On ne parle plus que de cela, du niqab. C'est tellement plus facile à comprendre que la gestion de l'offre, la politique monétaire et les subtilités du conflit irako-syrien-État islamique.

Même au NPD, le niqab est en train de diviser les troupes. Au point où des candidats défient la ligne de parti pour exprimer un «malaise» face à la question. Un malaise qui coïncide, notez-le bien, avec la chute de leurs appuis au Québec.

S'il y a matière à s'insurger dans toute cette affaire, c'est contre ceux qui cherchent à faire le plein de votes à même un débat qui carbure à la peur et à l'ignorance.

Dans une démocratie fondée sur la raison, on débattrait des questions d'immigration avec la même délicatesse et la même retenue que lors du débat sur l'aide médicale à mourir.

Avec dignité, quoi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer